La Confédération Construction plaide pour une réduction partielle des avantages fiscaux verts

02/03/12 à 16:35 - Mise à jour à 16:35

Source: Moneytalk

Le gouvernement Di Rupo a considérablement réduit les avantages fiscaux liés aux dépenses d'économies d'énergie sur les habitations. La Confédération Construction, qui regroupe des entreprises de construction, n'est pas d'accord.

A partir de cette année, seuls les travaux d'isolation des toits donneront encore lieu à une réduction fiscale fédérale de 30 % sur l'investissement consenti. Mais ce ne sera plus le cas des autres nouvelles dépenses destinées à économiser l'énergie, comme l'installation de panneaux solaires et de double vitrage.

La mesure coûterait en effet trop d'argent au Trésor : 1 milliard d'euros, à en croire une réponse donnée par le ministre des Finances Steven Vanackere à une question posée par Ecolo. La Confédération Construction n'est pas d'accord et souligne que la fiscalité verte rapporte également de l'argent à l'État : les avantages fiscaux favorisent en effet l'activité dans la construction et les recettes (para)fiscales qui vont de pair.

Au lieu de supprimer purement et simplement les incitants fiscaux, la Confédération Construction plaide en faveur d'une réduction progressive. Elle préconise ainsi de réduire les avantages fiscaux de 40 % des travaux effectués à 30 % en 2012, puis à 20 % en 2013 et 2014. Une réduction progressive permettrait en effet, selon elle, d'éviter une diminution de moitié de l'activité.

Johan Steenackers

Nos partenaires