Le Belge est "médiatiquement" généreux

08/08/13 à 09:27 - Mise à jour à 09:27

Source: Moneytalk

Selon les déclarations à l'impôt aux personnes physiques, il apparaît que, malgré la crise, les montants octroyés par les Belges à des organisations agréées (MSF, Oxfam, Plan Belgique...) continuent à augmenter d'année en année.

Le montant des dons déductibles fiscalement a atteint 172,7 millions d'¤ pour l'année de revenus 2011 (déclaration 2012), contre 143,9 millions en 2010 et 136,5 millions en 2009. Pour expliquer la hausse assez nette du dernier exercice, certains spécialistes rappellent que le montant déductible fiscalement était passé de 30 à 40 ¤ en 2011 par rapport à 2010. Toutefois, cette hausse n'a sans doute pas représenté un obstacle ; les ONG reconnaissent notamment que le don moyen par donateur a tendance à augmenter. Toutefois, il semblerait également qu'elles ont des difficultés à attirer de nouveaux donateurs réguliers. La crise serait le prétexte pour ne pas octroyer de dons. En 2012, les premiers chiffres disponibles semblent indiquer un tassement des dons. Il s'expliquerait par le manque d'événements "spectaculaires" l'an dernier. Après le tremblement de terre à Haïti ou les inondations au Pakistan des années précédentes, la guerre civile en Syrie ou les violences au Soudan sont médiatiquement moins suivis et n'attirent donc pas les dons massifs. Il est à noter que de grands élans de générosité comme le Télévie ou Cap 48 ont battu des records lors de leurs éditions respectives, ce qui tend à confirmer le lien entre médiatisation et générosité. (Belga)

Nos partenaires