Ne faites pas une offre d'achat à la légère

15/03/13 à 18:12 - Mise à jour à 18:12

Source: Moneytalk

Une offre d'achat pour un bien immobilier, qu'elle soit faite oralement, par e-mail, par SMS ou par lettre, est toujours un engagement.

Vous venez de visiter une maison et c'est le coup de coeur. Pour ne pas laisser passer cette occasion, vous écrivez rapidement une offre d'achat sur un bout de papier. Le temps passe, sans nouvelle du vendeur, et vous finissez par acheter une autre maison. C'est à ce moment-là que le propriétaire de votre "coup de coeur" vous recontacte en acceptant votre proposition !

Cette situation peut vous sembler saugrenue et totalement improbable. Pourtant, plus d'un candidat à l'achat d'une habitation s'est fait prendre au piège d'une offre rédigée un peu trop vite.

Une offre d'achat _ qu'elle soit faite oralement, par e-mail, par SMS ou par lettre _ est toujours un engagement. Si le vendeur l'accepte, vous devrez acheter la maison en question pour le montant annoncé. Vous avez été un peu vite et, finalement, vous ne voulez plus acheter ce bien immobilier ? Très bien, mais sachez que le vendeur pourra vous réclamer une indemnité qui s'élève en général à 10 % du prix d'achat mentionné dans l'offre. Pour une maison valant 250.000 euros, l'indemnité s'élèvera donc à 25.000 euros.

Afin d'éviter les mauvaises surprises, voici quelques conseils pour rédiger une offre d'achat en bonne et due forme :

Limitez la durée de l'offre en précisant bien la date à laquelle votre proposition prend fin. Une semaine voire deux doivent suffire au vendeur pour savoir si votre prix lui convient.

Précisez l'adresse du bien sur lequel porte votre offre et, bien entendu, le prix que vous proposez.

Enfin, vous pouvez déjà inclure une clause suspensive qui annule l'offre au cas où vous n'obtiendriez pas le crédit hypothécaire indispensable à l'acquisition du bien.

Nos partenaires