Tabac, alcool et drogue coûtent 419 euros à chaque Belge par an

20/11/15 à 09:30 - Mise à jour à 10:07

Source: Moneytalk

Les effets de la consommation d'alcool, de tabac, de drogues et de médicaments coûtent en Belgique 4,6 milliards d'euros par an, soit 419 euros par citoyen en moyenne. C'est ce qui ressort de l'enquête SOCOST de l'Université de Gand et de la VUB.

Tabac, alcool et drogue coûtent 419 euros à chaque Belge par an

© iStock

La consommation de drogues légales et illégales coûte 4,6 milliards d'euros à la Belgique, ou 1,19% du produit intérieur brut. Soit 45% pour l'alcool, 32% pour le tabac et 15% pour les drogues illégales.

Coûts directs et indirects

Pour estimer ces coûts, les chercheurs établissent une distinction entre coûts directs et indirects. Les coûts directs de l'usage de stimulants sont estimés à 2,85 milliards d'euros. Dont 69% sont alloués à des soins de santé et 100 millions aux accidents de la route causés par la consommation de drogue et d'alcool.

Les coûts indirects concernent la perte de productivité, du fait que les consommateurs de ces substances sont admis dans une institution, un hôpital ou une prison, ou décèdent prématurément. Les chercheurs estiment ces coûts à 1,7 milliard d'euros. Quelque 85% de ces coûts, soit 1,5 milliard d'euros, sont dus à des problèmes de santé. Les accidents de circulation mortels à cause de la boisson ou des drogues coûtent chaque année 10 millions d'euro (10%) à la société.

Années de vie perdues

Il ressort également de cette étude que, chaque année, 500.000 années de "vie en bonne santé" sont perdues à cause des drogues légales et illégales. Là aussi, les principaux coupables sont le tabac et l'alcool, responsables ensemble de 91% des pertes d'années de vie. La proportion des drogues illégales est de 7%, celle des médicaments psychoactifs de 1%.

Le professeur Freya Vander Laenen (UGent) pointe un besoin urgent pour davantage de prévention, "pas seulement pour les jeunes, mais aussi pour le groupes d'âge plus âgés. Dans la circulation, un changement de mentalité en profondeur doit se faire. Le gouvernement peut certainement agir en ce sens."

En savoir plus sur:

Nos partenaires