Planification successorale: pensez à une clause bien-être !

30/12/16 à 15:32 - Mise à jour à 03/01/17 à 14:03

Source: Moneytalk

Pour une bonne planification successorale, les parents veillent à faire suffisamment de donations afin de diminuer le plus possible les droits de succession, mais ils désirent certainement ne manquer de rien plus tard. Pouvez-vous résoudre cela par le biais d'une clause dite de bien-être ?

Planification successorale: pensez à une clause bien-être !

© Getty Images

Difficile exercice d'équilibre

Lorsque l'on désire planifier sa succession, la question se pose toujours de savoir jusqu'où on peut aller dans les transferts patrimoniaux préalables. En clair, celui qui fait une donation doit toujours garder suffisamment sous la main pour le cas où il vivrait encore longtemps. Mais la pratique nous montre qu'il est tout de même très difficile de faire une estimation correcte de cela. Car - à moins que vous ayez une pension de fonctionnaire très élevée - cela fait une différence gigantesque si vous décédez à l'âge de 75 ans ou si vous franchissez le cap des 100 ans. Et personne ne sait bien sûr combien d'années il vivra.

Adopter une clause bien-être ?

Si vous pensez que vous pourriez sans doute facilement battre les statistiques de mortalité, et craignez peut-être de donner un peu trop, vous pouvez parer partiellement à cette éventualité via une clause dite de bien-être. Dans ce cas, par mesure de prudence, vous pouvez inclure cette clause bien-être dans l'acte de donation. Concrètement, cela signifie que les parents donnent, mais avec la charge pour les enfants de devoir subvenir à leurs besoins si les parents devaient manquer de quelque chose.

Mieux vaut préciser

D'un point de vue juridique, il est recommandé de préciser de quoi il s'agit précisément. Pensez par exemple à l'achat de nourriture, le nettoyage de la maison, le chauffage, l'électricité, l'eau, les frais de médecins, les frais d'hôpitaux, les soins infirmiers, les médicaments, aide et assistance, etc. Sinon, la clause de bien-être reste une notion trop générale.

Nos partenaires