Karel De Gucht veut éviter de passer par les tribunaux afin que l'affaire ne soit pas devenue publique. L'Inspection Spéciale des Impôts (ISI) estime que le commissaire européen au Commerce, a "fraudé" en ne déclarant pas une plus-value d'environ 1,2 million d'euros sur une vente d'actions. De Gucht et son conseil ont toujours affirmé que le fisc se trompait dans ce dossier. Ils ont cependant fait une proposition à l'administration afin de payer l'impôt relatif à cette transaction datant de 2005, indique le quotidien. Si un accord est trouvé, Karel De Gucht évitera un procès contre l'administration. L'ancien ministre des Affaires étrangères paierait ainsi un impôt de plusieurs dizaines de milliers d'euros, sans amende ou augmentation d'impôt. Dans le cas contraire, il pourrait devoir s'acquitter d'une somme dix fois plus importante. (PVO)