La hausse des encaissements est cependant à relativiser, d'une part elle ne compense pas l'inflation, et d'autre part, 2017 s'est avérée être une année plus calme que la précédente, sans les attentats de mars 2016 et sans catastrophe naturelle exceptionnelle. La tendance est la même depuis plus de 10 ans, l'évolution des encaissements en matière d'assurance-vie individuelle s'atrophie.

Les produits d'assurance-vie individuelle à taux garanti enregistrent une baisse de 17,2% de leur encaissement, à 6,6 milliards d'euros. Et les hausses de l'encaissement pour les assurances de groupe (+5,4%) et les produits d'assurance individuelle liés à des fonds d'investissement (+43,4%) ne parviennent pas à faire passer l'évolution du segment vie dans le vert (15,1 milliards d'euros, soit -3,2% en tenant compte de l'indice des prix à la consommation).

Les données déjà disponibles pour 2018 laissent par contre entrevoir une reprise. Le segment "non-vie" poursuit lui sa croissance, avec une hausse de 2,2% en 2017 (soit qui compense totalement l'inflation). Les encaissements des branches non-vie atteignent encore un nouveau record, à 12,047 milliards d'euros.