En cas d'épidémie, le voyageur ne peut pas faire jouer son assurance annulation. " De très nombreux événements peuvent justifier l'intervention d'une assurance annulation de voyage, explique François de Clippele, porte-parole de la fédération des courtiers d'assurances Assuralia. Mais pour autant que ces événements surviennent dans l'entourage de l'assuré : celui-ci ou quelqu'un de sa famille tombe malade, votre maison a subi des dommages suite à une tempête et vous voulez y rester pour la surveiller, etc. Or, le problème actuel est différent puisque c'est l'endroit où vous comptez vous ...

En cas d'épidémie, le voyageur ne peut pas faire jouer son assurance annulation. " De très nombreux événements peuvent justifier l'intervention d'une assurance annulation de voyage, explique François de Clippele, porte-parole de la fédération des courtiers d'assurances Assuralia. Mais pour autant que ces événements surviennent dans l'entourage de l'assuré : celui-ci ou quelqu'un de sa famille tombe malade, votre maison a subi des dommages suite à une tempête et vous voulez y rester pour la surveiller, etc. Or, le problème actuel est différent puisque c'est l'endroit où vous comptez vous rendre qui pourrait être un foyer de coronavirus. Et ce risque n'est pas couvert. Lors de l'éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull en 2010, quand tous les avions ont été cloués au sol, les assureurs n'ont octroyé aucun dédommagement. " Comme l'explique François de Clippele, il est impossible pour les assureurs de calculer les risques d'une épidémie et encore moins d'une pandémie. C'est pourquoi il est quasi impossible de proposer des assurances annulation couvrant ce type de risque. " Les voyageurs ne doivent pas s'attendre à une intervention de la part des assureurs mais les tour-opérateurs cherchent des solutions. " Dans un premier temps, ils ont proposé des destinations alternatives ou remboursé le voyage mais le choix des destinations possibles devenait de plus en plus limité. Il faut dire que le voyageur a aussi moins envie de bouger. Le coeur n'y est plus... Pour aider les voyagistes à surmonter la crise, la ministre fédérale de l'Economie et des Consommateurs, Nathalie Muylle (CD&V), a pris cette décision provisoire : les voyages annulés ne doivent plus être remboursés. A condition d'offrir aux clients des vouchers valables un an - couverts par le Fonds de garantie voyages - qui serviront à réserver un prochain déplacement. Les voyageurs partis avant l'avis négatif du ministère des Affaires étrangères peuvent faire appel à leurs assurance assistance voyage. Toutes les assurances assistance voyage pourvoient une aide médicale et prennent en charge les frais d'hospitalisation, de soins ou de rapatriement, partiellement ou intégralement. " Certaines assurances assistance voyage remboursent également les frais d'hôtel supplémentaires, pour les Belges qui ont été confinés en quarantaine dans un hôtel à Tenerife par exemple, ajoute-t-il. Un plafond est toutefois prévu. Le but n'est évidemment pas de financer un séjour de plusieurs semaines dans un hôtel de luxe très coûteux. Un séjour prolongé peut en outre occasionner d'autres frais qui ne sont pas couverts. " Le voyageur qui passe outre l'avis négatif du ministère ne sera probablement pas couvert par son assurance assistance voyage. " Il serait vraiment déraisonnable de partir à ses propres risques, contre l'avis des autorités et sans assurance ", estime François de Clippele qui conseille aux voyageurs potentiels de bien vérifier avant leur départ s'ils sont couverts ou non.