Il y a trois certitudes dans la vie : le lever du soleil chaque matin, la gratuité de l'oxygène et la mauvaise volonté des assurances à assumer leurs responsabilités. " L'humour est pour beaucoup d'entre nous une façon d'exprimer notre méfiance vis-à-vis des assurances. Cette méfiance se justifie-t-elle ? Est-il vrai que les compagnies d'assurances essaient par tous les moyens possibles et imaginables de se soustraire à leurs obligations ?

Les chiffres de l'Union professionnelle des entreprises d'assurances (incendie, accidents et autres risques) semblent indiquer le contraire. En 2016, le résultat "technique" s'élevait à 5,2 %. Autrement dit, 94,8 % des recettes perçues sous forme de primes ont été redistribuées. Les chiffres fluctuent d'une année à l'autre, surtout lorsque la Belgique est victime de grosses tempêtes, mais se situent toujours dans cette fourchette. Albert Verlinden, président de la Fédération des agents financiers indépendants (Fedafin-BZB) est affirmatif : " Je n'ai jamais eu la preuve qu'une compagnie d'assurances essaie systématiquement de ne pas couvrir certains dommages ".

L'intervention de l'assurance n'est pas automatique pour autant. Petit aperçu des principales raisons pour lesquelles l'assuré ne peut pas obtenir de dédommagement.

1. Dommages non couverts par la police

Raison la plus fréquente de non-intervention de l'assurance : les dommages ne sont pas couverts par la police tout simplement. " Les dommages couverts peuvent considérablement varier d'une société à l'autre et même d'une police à l'autre, explique Albert Verlinden. Chaque assurance familiale est différente par exemple. L'une couvre l'équitation, l'autre pas. Idem pour les assurances hospitalisation : les soins dentaires sont tantôt couverts, tantôt pas. "

Il convient donc de bien se renseigner et de lire attentivement les plus petits caractères. Une corvée à laquelle vous n'échapperez pas, même si vous faites appel à un courtier en assurances. " Un intermédiaire n'est pas un notaire qui lit pour vous chaque ligne de l'acte de vente. L'assuré doit faire l'effort de prendre connaissances des conditions de sa police ", précise le président de Fedafin.

Selon Kelly Schamphelaere, directrice de la fédération des courtiers d'assurance néerlandophones (FVF), il faut surtout réfléchir à ce qu'on veut faire assurer exactement avant de souscrire une assurance. " Les conditions sont souvent complexes et les différences énormes. Une assurance incendie n'est pas l'autre. "

2. Police inadaptée

Il arrive fréquemment que la police ne soit pas adaptée à la situation de l'assuré. " Le nouveau propriétaire d'une maison souscrit une assurance incendie au moment de l'achat, imagine Kelly Schamphelaere. Il effectue ensuite certaines rénovations mais omet de les renseigner. Résultat : la maison est sous-assurée. L'intervention de la compagnie d'assurances est alors naturellement limitée à la valeur du risque. "

Autre exemple classique : les parents souscrivent l'assurance voiture de leur enfant à leur nom afin de limiter la prime. " Il est important de renseigner les choses telles qu'elles sont. Sans quoi l'assureur n'est pas en mesure d'évaluer correctement le risque. Les déclarations mensongères sont à bannir à tout prix ", prévient notre interlocutrice qui conseille d'informer son assureur de changements éventuels. " L'assurance doit évoluer au gré de la vie. Il faut refaire le point régulièrement, de la même façon que vous faites un contrôle médical à intervalles réguliers. "

3. Montant des dommages inférieur à la franchise

L'assureur n'intervient que si le montant des dommages est supérieur à celui de la franchise. Ici aussi, il convient de lire attentivement les conditions de la police. Il se peut par exemple qu'une franchise s'applique à chaque bris de vitre. La précision peut paraître anecdotique mais s'il s'agit de cinq fenêtres, il vous faudra peut-être acquitter cinq fois la franchise.

Par ailleurs, la hauteur de la franchise peut être variable. La différence peut être considérable, dans le cas des assurances automobiles surtout. L'assuré a tout intérêt à y réfléchir à deux fois, prévient Albert Verlinden. " Si vous ne voulez pas d'une assurance coûteuse pour votre Porsche, il ne faudra pas venir pleurer si vous faites une petite bosse dans la carrosserie, dit-il. Inversement, si vous voulez faire assurer le moindre euro de frais, attendez-vous à une prime deux fois plus chère. "

Enfin, la franchise n'est pas nécessairement fixe. L'assuré peut faire en sorte qu'elle soit moins importante dans certains cas. Ainsi par exemple, la franchise de certaines assurances incendie sera revue à la baisse si l'assuré fait installer des détecteurs de fumée.

4. Double assurance

Il n'est pas rare qu'un risque soit doublement assuré. Certaines personnes souscrivent une assurance voyage spéciale alors que leur assurance incendie en prévoient déjà une. Problème de luxe, direz-vous, oui en partie. " Il vaut mieux être doublement assuré que pas assuré du tout ", affirme Albert Verlinden. En théorie, l'assurance la plus ancienne intervient et la seconde est déclarée caduque. Les primes de la seconde doivent même être remboursées.

Une double assurance revient non seulement à jeter l'argent par les fenêtres mais constitue aussi un risque. Les compagnies d'assurances risquent en effet de se perdre en discussions. Vous n'avez rien à craindre si l'intervention est justifiée et s'il existe des accords mutuels entre assureurs, selon Kelly Schamphelaere. Il n'est toutefois pas exclu que vous soyez dupe d'une bataille juridique entre les deux sociétés.

5. Attentes démesurées

Enfin, nombreux sont ceux qui en attendent trop de leur police. " La plupart des assurés ignorent ce qui est couvert et ce qui ne l'est pas, fait remarquer Albert Verlinden. Une assurance n'est pas une police d'entretien par exemple. Vous pouvez vous faire indemniser pour un dégât à votre chaudière mais pas pour son entretien. " Autre exemple : " Ce n'est pas parce que la vitre de votre voiture a été brisée que le coûteux laptop qui se trouvait sur la banquette arrière sera remboursé. Encore faut-il pouvoir présenter la preuve d'achat de l'ordinateur portable. "

La limite avec la fraude est parfois ténue, souligne encore Albert Verlinden. D'où la nécessité de faire appel à des experts pour évaluer les dommages. " Une fuite d'eau est parfois prétexte à une rénovation de tout le mur et du plafond. Pourquoi ne pas repeindre toute la pièce ? Il risque d'y avoir une différence de couleur sinon. Ce n'est évidemment pas un dommage. Peut-on parler de fraude ? Oui, mais la plupart des gens estiment que non. C'est une pratique très courante en Belgique. "