Entre décembre 2012 et décembre 2013, le nombre d'employeurs utilisant le système électronique est passé de 11% à 23,7%. Dans le même temps, le nombre de travailleurs bénéficiaires des titres-repas électroniques est passé de 23% à 53,5%. Quant aux commerçants, ils étaient 11.600 à accepter ce système à la fin de l'année dernière, contre 8.600 un an plus tôt. Le CNT constate que le système électronique a de nombreux avantages et permet une simplification administrative pour tous les acteurs, simplification désirée par le gouvernement. Selon l'Agence pour la simplification administrative, une généralisation des titres-repas électroniques permettrait une réduction de charges de l'ordre de 94 millions en un an. Pour les seuls travailleurs, le CNT constate que les coûts relatifs aux titres perdus, volés ou expirés s'élèvent actuellement à près de 7,8 millions d'euros, chiffre qui serait ramené à 0 par la voie électronique. Le CNT propose donc d'abandonner les titres-repas papier dans les plus brefs délais, non sans prendre des mesures d'accompagnement pour réaliser cette mutation complète sans heurts. (Belga)