L'indice Nasdaq a chuté de 5% en une seule séance. Apple a sombré de 8%, soit 180 milliards de dollars de capitalisation boursière partis en fumée en une seule journée. Un nouveau record en la matière, pire que Facebook lorsque le scandale Cambridge Analytica a éclaté (120 milliards) ou Volkswagen lors de son effroyable rechute "techniqu...

L'indice Nasdaq a chuté de 5% en une seule séance. Apple a sombré de 8%, soit 180 milliards de dollars de capitalisation boursière partis en fumée en une seule journée. Un nouveau record en la matière, pire que Facebook lorsque le scandale Cambridge Analytica a éclaté (120 milliards) ou Volkswagen lors de son effroyable rechute "technique" d'octobre 2008 (143 milliards). Si les chiffres sont impressionnants, il n'est toutefois toujours question que de prises de bénéfices effaçant à peine quelques semaines de gains. Cette correction pourrait-elle se poursuivre? Ce n'est pas à exclure alors que le contexte sanitaire et économique demeure indécis aux Etats-Unis et dans le reste du monde. Les géants technologiques qui ont pris le pouvoir sur Wall Street sont aussi directement concernés par les élections américaines. En cas de victoire, le camp démocrate a promis de durcir les textes qui régissent le secteur des Gafa. Le candidat Joe Biden fait toutefois figure de modéré dans le camp des "ânes", a fortiori depuis le choix de Kamala Harris comme colistière. Originaire de Californie, la sénatrice est réputée proche de la Silicon Valley.L'histoire boursière se montre aussi plutôt rassurante. Après un rebond de plus de 50% en moins de six mois pour le S&P 500, il apparaît normal que le tout jeune marché haussier marque une pause, connaissant une plus grande volatilité. Mais il devrait soutenir les Bourses encore quelque temps, le marché haussier le plus court recensé jusqu'à présent ayant duré un peu plus de deux ans, de 1966 à 1968.