Tout a commencé la nuit de dimanche à lundi. Les marchés chinois rouvrent en chute libre après une semaine fériée (pour cause de fête nationale). Rapidement, les bourses européennes ambraient avant que Wall Street ne finisse à son tour par craquer mercredi. L'explication de ce plongeon mondial tient un mot : inquiétude. Les stratégistes évoquent pêle-mêle l'accélération de la hausse des taux, les avertissements du Fonds monétaire international sur les risques pour la stabilité financière et la persistance des tensions commerciales. Rien de bien neuf et rien qui n'avait empêché les Bourses de progresser les semaines précédentes. L'étincelle chinoise a toutefois suffi à affoler les investisseurs qui s'attendent tôt ou tard à subir...