Si votre maison se trouve à proximité d'une route très fréquentée ou à un endroit jouissant d'une bonne visibilité, elle entre en considération pour accueillir une publicité. Acteur majeur de la communication extérieure, Clear Channel gère plus de 15.500 panneaux publicitaires dans notre pays. "Ce sont généralement nos prospecteurs qui contactent les propriétaires des immeubles et des terrains", explique Aurélie de Montjoye, responsable de la communication. "Mais si vous possédez un bien qui bénéficie d'une situation favorable, rien ne vous empêche de prendre les devants via notre site web."

Pour accrocher un slogan sur votre façade, vous avez en principe besoin d'un permis délivré par la commune. "Mais le propriétaire n'a pas à s'en soucier", poursuit Aurélie de Montjoye. "Clear Channel s'occupe de tout en lien direct avec la commune. L'indemnité dépend de plusieurs critères : la surface du panneau, l'emplacement et la portée. Les formats les plus grands rapporteront entre 500 et 20.000 euros par an."

Droit de préemption

Dans la périphérie de Tirlemont, Tim Jorissen loue deux façades de son habitation à Belgian Posters, un autre acteur de la communication extérieure. "Les deux panneaux nous rapportent 2.400 euros par an, sans que nous ayons à faire quoi que ce soit", explique-t-il. "Les affiches sont remplacées chaque mois en théorie, mais il n'en résulte aucun inconvénient pour nous. Le contrat prévoit que Belgian Posters dispose d'un droit de préemption en cas de vente éventuelle de notre maison."

Selon ses propres estimations, la société Dewez a placé 15.000 panneaux publicitaires permanents sur les façades latérales et les parcelles de 9.000 propriétaires. Elle se charge également d'obtenir toutes les autorisations nécessaires et s'occupe de la déclaration ainsi que du paiement des taxes régionales et communales. Les indemnités sont versées chaque année à l'avance, mais nous en ignorons le montant précis. Nous avons également trouvé porte close chez le concurrent Mediageuzen, qui gère un millier de panneaux publicitaires en Flandre.

Affiche à l'arrière

Vous envisagez de faire placer de la publicité sur votre voiture ? Dans ce cas, inscrivez-vous sur le site web d'AddmyCar. "Vous devez fournir un certain nombre d'informations relatives à votre voiture, comme la distance parcourue chaque année, la région, l'itinéraire, la durée des embouteillages et l'endroit où vous stationnez votre véhicule", explique l'initiateur Ben Habets. "Il va de soi que votre voiture doit satisfaire à toutes les exigences légales. Si un annonceur recherche des voitures dans une région déterminée, il peut faire son choix parmi les profils proposés."

"Un film perforé publicitaire est apposé sur la lunette arrière de votre voiture. À cet effet, nous nous rendons sur place. Un autocollant placé sur une fenêtre peut vous coûter les 8,50 euros d'un rapport tuning lors du contrôle technique. L'indemnité mensuelle de 50 euros est versée en chèques-cadeaux à valoir chez Coolblue, Bol.com, Colruyt, DreamLand, Albert Hein, Gamma, Hunkemöller et Kinepolis. Dans le futur, nous pourrions également proposer des cartes de carburant prépayées."

Cash ou chèques-cadeaux

Vous pouvez également enregistrer votre voiture sur le site de CarCatcher. "Si votre véhicule est sélectionné par un annonceur, nous vous contactons pour placer l'annonce", précise Charlotte Adams, gérante. L'indemnité mensuelle s'élève à 50 euros. Ce montant est versé sur votre compte bancaire à la fin de la campagne, par exemple au bout de trois mois. Vous pouvez également faire de la publicité pour un commerçant local. Dans ce cas, vous recevez des chèques-cadeaux.

D'autres acteurs sont présents sur le marché belge, dont le Néerlandais Cashcar. Celui-ci promet des indemnités qui oscillent entre 30 et 200 euros par mois. Vous devez toutefois débourser d'emblée 15 euros en frais d'inscription, sans garantie de revenus. L'absence de réponse à nos e-mails ne fait qu'alimenter nos doutes. Nous avons également frappé sans succès à la porte des Anversois de chez Reclame-Rijden.

Taxation

Les indemnités ou avantages perçus sont imposables, quel qu'en soit le montant. "Il n'y a pas d'exonération d'une première tranche, comme pour les intérêts d'un compte d'épargne", commente Jef Wellens, conseiller fiscal chez Wolters Kluwer. "Vous devez indiquer le montant total annuel sur votre déclaration d'impôts à titre de revenus divers, mais vous pouvez en déduire les frais éventuels. Vous avez le choix entre la déduction des frais réels, comme la taxe communale sur les panneaux d'affichage, et la déduction d'un forfait de 5%. Le revenu net est imposé à hauteur de 30%."

Traduction : virginie·dupont·sprl