L'année dernière, l'e-commerce électronique a battu tous les records en Belgique. C'est ce qu'il ressort d'un communiqué de presse envoyé par BeCommerce, l'asbl qui assume la présence, la consultation et la représentation du secteur. En 2018, les consommateurs belges ont dépensé 10,67 milliards d'euros en ligne, soit un demi-milliard de plus qu'en 2017. Le Belge a non seulement augmenté ses dépenses sur Internet, mais il y a aussi fait plus fréquemment son shopping. Il a acheté en moyenne 11,6 fois en ligne, pour un montant total moyen de 1.273 euros. En 2017, c'était 10,3 fois pour un montant total de 1.191 euros.

Faire son shopping sur Internet est terriblement séduisant, mais le consommateur y est plus vulnérable que dans un magasin physique. C'est pourquoi le Service Public Fédéral Économie avait déjà mis en place la plateforme E-Shop Defense qui rassemble de précieux conseils pour acheter en ligne sans risque. Le CEC Belgique vient de prendre une initiative similaire, avec le lancement du Webshop Check. Ce site énumère les points importants qu'il convient de vérifier avant d'appuyer sur le bouton "commander".

Qui est le vendeur ?

Avant toute chose, il est important de contrôler l'identité du vendeur. Le commerçant en ligne doit afficher son nom, son adresse géographique et son numéro d'entreprise sur son site. Il doit être inscrit dans le registre de commerce du pays où il est établi. Les vendeurs belges doivent être immatriculés à la Banque-Carrefour des Entreprises. Vous pouvez consulter les registres de commerce d'autres pays de l'UE sur le portait européen e-Justice. Vous trouverez d'autres registres internationaux sur cet outil en ligne.

Par ailleurs, Webshop Check déconseille de régler ses achats avec une carte de débit ou un virement bancaire : "La banque ne vous remboursera pas en cas de problème avec le vendeur". Quelle méthode de paiement privilégier alors ? La carte de crédit. En cas de problème, vous pouvez contester une transaction sur Ma carte.be. PayPal prévoit aussi une procédure de réclamation si nécessaire. Bon à savoir : payez uniquement si l'adresse du webshop commence par "https", le "s" signifiant "sécurité".

Que faire en cas de problème ?

Vous avez été victime de fraude ? Ou vous n'êtes pas satisfait d'une commande en ligne et le vendeur ne vous répond pas ? En tant que consommateur européen, vous pouvez utiliser la plateforme de règlement en ligne des litiges pour envoyer votre plainte à un organisme de règlement des litiges agréé qui tentera d'intervenir sans faire appel à un juge. Cette procédure alternative est gratuite et vous pouvez y avoir recours pour régler tout problème lié à un achat sur un e-shop dans l'Union européenne.

Traduction : virginie·dupont·sprl