La première : modérer les taxes sur les commerces et surtout les moduler pour tenir compte des réalités. Les commerçants, victimes de nuisances (accessibilité...), devraient être exonérés. Et leur taxation immobilière devrait être utilisée comme un outil pour préserver la vitalité des noyaux menacés. Seconde piste : il faut réduire le coût des paiements électroniques, en particulier pour les commerçants de proximité et pour les petits montants. De fait, le développement des paiements électroniques doit être encouragé : ceux-ci permettent de diminuer le cash présent dans les caisses, d'augmenter la sécurité dans les commerces, de faciliter la vie des commerçants et d'augmenter la rapidité de passage aux caisses. La déductibilité fiscale des terminaux doit être alignée sur les investissements de sécurité. En effet, l'UCM souhaite étendre la liste existante des investissements déductibles de sécurité donnant lieu à un avantage fiscal (déduction de 20,5 % du montant) en vue d'y inclure l'achat d'un terminal pour les paiements électroniques. Et de plaider pour que toute nouvelle solution technique de paiement spécifique pour les petits montants soit compatible avec les terminaux de paiement existants et ne nécessite pas l'acquisition pour le commerçant d'un nouveau terminal. (Belga)

La première : modérer les taxes sur les commerces et surtout les moduler pour tenir compte des réalités. Les commerçants, victimes de nuisances (accessibilité...), devraient être exonérés. Et leur taxation immobilière devrait être utilisée comme un outil pour préserver la vitalité des noyaux menacés. Seconde piste : il faut réduire le coût des paiements électroniques, en particulier pour les commerçants de proximité et pour les petits montants. De fait, le développement des paiements électroniques doit être encouragé : ceux-ci permettent de diminuer le cash présent dans les caisses, d'augmenter la sécurité dans les commerces, de faciliter la vie des commerçants et d'augmenter la rapidité de passage aux caisses. La déductibilité fiscale des terminaux doit être alignée sur les investissements de sécurité. En effet, l'UCM souhaite étendre la liste existante des investissements déductibles de sécurité donnant lieu à un avantage fiscal (déduction de 20,5 % du montant) en vue d'y inclure l'achat d'un terminal pour les paiements électroniques. Et de plaider pour que toute nouvelle solution technique de paiement spécifique pour les petits montants soit compatible avec les terminaux de paiement existants et ne nécessite pas l'acquisition pour le commerçant d'un nouveau terminal. (Belga)