La parole aux Millennials
...

Certains ne jurent que par l'analyse fondamentale et l'examen approfondi de la comptabilité pour déceler des perles sous-évaluées. D'autres agissent en fonction des graphiques et des niveaux historiques. Puis il y a ceux qui prennent note de données importantes, comme l'annonce des résultats d'une entreprise, et qui s'exécutent selon l'actualité du jour.Plusieurs méthodes permettent de gagner de l'argent en bourse, mais peu d'investisseurs suivent les volumes d'échange de leurs actions. Et c'est dommage, car vous pouvez parfois prédire des mouvements de cours significatifs avec cette technique. Infront permet de suivre le marché. Ce logiciel payant vous fournit un aperçu détaillé des volumes d'échange des actions. Vous pouvez également recevoir un avertissement lorsque certains volumes sont supérieurs à la normale. L'objectif consiste à anticiper rapidement les mouvements du marché. Je l'ai appris lors de mon passage dans la salle des marchés de KBC.Ce suivi des volumes peut peut-être sembler compliqué, mais il n'en est rien. Avec un peu d'expérience, vous pouvez assez facilement remarquer lorsque les investisseurs commencent à échanger plus d'actions que d'habitude.Petites entreprisesEn examinant les carnets d'ordres des petites actions, vous pouvez déjà vous faire une idée des zones de support et de résistance. De nombreux investisseurs particuliers n'en sont pas suffisamment conscients. Un carnet d'ordres est un aperçu schématique de tous les ordres d'achat et de vente publics concernant une action. Vous pouvez généralement vous procurer gratuitement les premières lignes auprès de votre courtier. Vous pouvez aussi consulter l'intégralité des carnets d'ordres grâce à un logiciel tel qu'Infront.Pour les grandes actions et les actions liquides, ces informations sont difficilement exploitables. L'alternance fulgurante de rouge et de vert vous donnera rapidement la nausée. En outre, le carnet d'ordres produit une fausse impression de clairvoyance. En effet, les grands acteurs et les algorithmes font tout pour cacher au mieux leurs ordres et leurs véritables intentions. Il manque donc des informations, de sorte qu'il est beaucoup plus compliqué, pour un petit investisseur, d'y voir une opportunité.En Belgique, la négociation des petites actions en bourse est déterminée par des particuliers. C'est une chance pour les investisseurs informés. Dans certains cas, vous pouvez rapidement connaître les carnets d'ordres par coeur et suivre les changements sans fournir beaucoup d'efforts. Vous avez ainsi une idée des ordres des autres investisseurs. Je consulte aussi les dernières transactions commerciales, la date et l'heure, et les quantités échangées par les investisseurs à un certain prix pour surveiller l'évolution d'une action. Si, comme moi, vous examinez ces carnets d'ordres depuis une dizaine d'années, vous finirez par reconnaître les tendances sur lesquelles miser.Miko : le cours du caféPrenons Miko, spécialiste du café belge. Il y a quelques semaines, le cours de l'action est passé de 101 à 122 euros, à la suite de l'annonce de la vente du département d'emballage. L'entreprise a pu vendre sa division d'emballage plastique pour environ 110 millions d'euros. Emportés par un élan d'exaltation, les investisseurs ont fait monter le cours de l'action, pour un volume d'échange de 270 000 euros. Pour Miko, qui n'arrive pas toujours à 100 titres échangés par jour, il s'agit d'un montant très élevé.On pouvait également le constater dans le carnet d'ordres. Quand le cours a atteint 122 euros, l'on comptait non seulement des acheteurs euphoriques ayant raté leur chance, mais aussi plus d'un million d'euros d'actions en vente. Le nombre d'investisseurs souhaitant acheter l'action aux nouveaux cours, plus élevés, était assez limité comparé au nombre de vendeurs. De nombreux investisseurs étaient confrontés à un problème d'illiquidité depuis plus longtemps. Et il est intéressant de profiter de l'engouement pour clôturer ses positions.Le premier jour après le week-end de Pâques, les acheteurs ont pu absorber les ventes massives, mais ensuite, il ne restait plus que les vendeurs. Toutes les personnes qui souhaitaient acheter avaient au moins déjà acheté leur part, tandis que les ordres de vente continuaient d'affluer. Par conséquent, les investisseurs qui souhaitaient toujours profiter des hauts cours ont à nouveau fait baisser le cours de l'action.Vers un nouvel équilibreJ'ai pris une position, car je pense que la grande vague d'ordres de vente se tarit progressivement, alors que les quelques pour cent sous ma valeur d'achat commencent à réunir les acheteurs. Je m'attends à ce que les anciens vendeurs disparaissent tous à un moment donné, ce qui aboutirait à un nouvel équilibre.La diminution des volumes d'échange peut indiquer une baisse de la pression vendeuse. La situation se détend, et il ne reste plus qu'à attendre un nouvel élan. Concernant Miko, je pense que cette impulsion viendra de l'approbation ou du refus de la vente du département d'emballage plastique par les autorités de la concurrence allemandes. Cette approbation pourrait solliciter l'attention médiatique et garantir des ordres d'achat supplémentaires de la part d'investisseurs nouveaux ou existants.Les analystes reverront très certainement leur modèle d'évaluation après la décision de l'instance publique. Ils adoptent actuellement une marge de sécurité pour tenir compte de la possibilité d'anéantissement de la transaction par les autorités de la concurrence. Les nouvelles analyses attireront à nouveau l'attention des investisseurs. Stefan Willems