"Delphine d'Amarzit a été nommée Présidente-Directrice générale d'Euronext Paris et membre du directoire d'Euronext" à compter du 15 mars 2021, annonce lundi l'opérateur boursier Euronext qui chapeaute six bourses européennes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Dublin, Lisbonne, Olso), dans un communiqué.

A 47 ans, elle deviendra la première femme dans l'histoire boursière à diriger la place parisienne à une période où la féminisation chemine à marche forcée dans tous les étages du secteur financier. Devenu l'un des principaux opérateurs de marchés en Europe continentale, Euronext compte déjà deux femmes à la tête des bourses d'Amsterdam (Simone Huis in 't Veld) et de Lisbonne (Isabel Ucha). Il emploie 32% de femmes (hors Borsa Italiana).

Son concurrent britannique, le London Stock Exchange Group (LSEG), a lui aussi annoncé le mois dernier la nomination d'une femme, Julia Hoggett, pour diriger la Bourse de Londres. Directrice générale déléguée chez Orange Bank, filiale bancaire de l'opérateur télécoms Orange, Delphine d'Amarzit a "une connaissance approfondie des marchés de capitaux en Europe et en France", souligne Euronext. Diplômée de l'ENA, Mme d'Amarzit a assumé diverses responsabilités dans la haute fonction publique, en tant qu'inspectrice générale des Finances d'abord, puis à la Direction du Trésor.

En plein coeur de la crise des subprimes, dans son rôle de conseillère pour les finances au cabinet du Premier ministre François Fillon (2007-2009), "elle a notamment participé à la définition de la réponse publique à la crise financière (...)", souligne le communiqué. Elle a également siégé au conseil d'administration du groupe résiduel Dexia. Mme d'Amarzit dit rejoindre le groupe à "un moment charnière" de sa stratégie de croissance, la première place financière paneuropéenne ayant encore grossi depuis le rachat effectif de la Bourse d'Oslo en 2019 tandis qu'elle s'apprête à finaliser celui de la bourse milanaise au premier semestre de cette année. Pour l'heure, la France est le plus gros contributeur au chiffre d'affaires du groupe (à hauteur de 49%) mais elle serait supplantée par l'Italie au terme de la fusion d'Euronext avec Borsa Italia.

"Delphine d'Amarzit a été nommée Présidente-Directrice générale d'Euronext Paris et membre du directoire d'Euronext" à compter du 15 mars 2021, annonce lundi l'opérateur boursier Euronext qui chapeaute six bourses européennes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Dublin, Lisbonne, Olso), dans un communiqué. A 47 ans, elle deviendra la première femme dans l'histoire boursière à diriger la place parisienne à une période où la féminisation chemine à marche forcée dans tous les étages du secteur financier. Devenu l'un des principaux opérateurs de marchés en Europe continentale, Euronext compte déjà deux femmes à la tête des bourses d'Amsterdam (Simone Huis in 't Veld) et de Lisbonne (Isabel Ucha). Il emploie 32% de femmes (hors Borsa Italiana). Son concurrent britannique, le London Stock Exchange Group (LSEG), a lui aussi annoncé le mois dernier la nomination d'une femme, Julia Hoggett, pour diriger la Bourse de Londres. Directrice générale déléguée chez Orange Bank, filiale bancaire de l'opérateur télécoms Orange, Delphine d'Amarzit a "une connaissance approfondie des marchés de capitaux en Europe et en France", souligne Euronext. Diplômée de l'ENA, Mme d'Amarzit a assumé diverses responsabilités dans la haute fonction publique, en tant qu'inspectrice générale des Finances d'abord, puis à la Direction du Trésor. En plein coeur de la crise des subprimes, dans son rôle de conseillère pour les finances au cabinet du Premier ministre François Fillon (2007-2009), "elle a notamment participé à la définition de la réponse publique à la crise financière (...)", souligne le communiqué. Elle a également siégé au conseil d'administration du groupe résiduel Dexia. Mme d'Amarzit dit rejoindre le groupe à "un moment charnière" de sa stratégie de croissance, la première place financière paneuropéenne ayant encore grossi depuis le rachat effectif de la Bourse d'Oslo en 2019 tandis qu'elle s'apprête à finaliser celui de la bourse milanaise au premier semestre de cette année. Pour l'heure, la France est le plus gros contributeur au chiffre d'affaires du groupe (à hauteur de 49%) mais elle serait supplantée par l'Italie au terme de la fusion d'Euronext avec Borsa Italia.