Néanmoins, par rapport au deuxième trimestre 2013, le nombre de crédits a diminué d'environ 8 %, et le montant accordé a baissé de 3,2 %. En ce qui concerne les demandes de crédit hypothécaire, elles ont enregistré une baisse de 9 %. Le montant total de ces demandes a diminué de 5,6 % par rapport à 2013. Pour ce qui est de la destination des crédits, par rapport à 2013, le nombre de contrats de crédit pour l'achat d'une habitation (- 410, soit - 1,5 %) est pratiquement resté à niveau, mais un recul a été constaté au niveau du nombre de crédits pour la construction (- 660; - 10 %) et pour la rénovation (- 2 870; - 18 %) d'une habitation. De plus, le montant moyen emprunté pour l'achat d'un logement augmente au cours du deuxième trimestre de 2014 pour atteindre environ 137.000 EUR (environ 140.000 EUR pour un crédit à la construction). Enfin, environ 70 % des emprunteurs ont opté pour un taux d'intérêt fixe, alors que quelque 6 % ont choisi un taux d'intérêt variable assorti d'une période de fixité initiale de minimum 10 ans. Environ 19 % des emprunteurs ont opté pour un taux d'intérêt assorti d'une période de fixité initiale de 3 à 10 ans. (Belga)

Néanmoins, par rapport au deuxième trimestre 2013, le nombre de crédits a diminué d'environ 8 %, et le montant accordé a baissé de 3,2 %. En ce qui concerne les demandes de crédit hypothécaire, elles ont enregistré une baisse de 9 %. Le montant total de ces demandes a diminué de 5,6 % par rapport à 2013. Pour ce qui est de la destination des crédits, par rapport à 2013, le nombre de contrats de crédit pour l'achat d'une habitation (- 410, soit - 1,5 %) est pratiquement resté à niveau, mais un recul a été constaté au niveau du nombre de crédits pour la construction (- 660; - 10 %) et pour la rénovation (- 2 870; - 18 %) d'une habitation. De plus, le montant moyen emprunté pour l'achat d'un logement augmente au cours du deuxième trimestre de 2014 pour atteindre environ 137.000 EUR (environ 140.000 EUR pour un crédit à la construction). Enfin, environ 70 % des emprunteurs ont opté pour un taux d'intérêt fixe, alors que quelque 6 % ont choisi un taux d'intérêt variable assorti d'une période de fixité initiale de minimum 10 ans. Environ 19 % des emprunteurs ont opté pour un taux d'intérêt assorti d'une période de fixité initiale de 3 à 10 ans. (Belga)