Les investisseurs adaptent leur comportement en fonction de l'évolution de la fiscalité. Cela ne souffre aucun doute. Suite à l'introduction de la taxe sur la spéculation, ils ont soudain levé le pied et réduit les négociations en actions, entraînant un effondrement des revenus de la taxe sur les opérations boursières. Suite à l'introduction de la taxe sur les comptes-titres où sont logés plus d'un demi-million d'euros, les investisseurs se sont tournés vers les actions nominatives, la donation ou la vente d'actions en masse. Depuis l'introduction de l'impôt sur la plus-value des actions dans l'impôt des sociétés, les fonds DBI fiscalement attrayants pour les sociétés ont tout à coup le vent dans les voiles. Et la liste des exemples ne s'arrête pas là...
...