'Easy Switch' est le nom de la dernière mesure du gouvernement pour renforcer la concurrence dans les services de communication électronique fixe. L'objectif est de permettre aux familles qui achètent une combinaison de services d'un seul fournisseur de plus facilement changer d'opérateur.

Environ 3,1 millions de ménages achètent actuellement des combinaisons de services. Au plus ces combinaisons contiennent de services, au plus ces familles restent fidèles à leur opérateur. Du fait qu'elles sont plus fidèles, leur opérateur peut plus facilement augmenter ses tarifs. Easy Switch désire y remédier.

Comment ça fonctionne ?

Si vous voulez changer, vous donnez un mandat au nouvel opérateur. À partir du 1er juillet, un numéro d'identification unique devra se trouver sur votre facture et sur votre page client. Il vous permettra de vous identifier correctement.

Le mandat donne le droit à votre nouvel opérateur de régler le changement d'opérateur à votre place. Vous devez seulement indiquer si vous désirez conserver vos numéros fixes et/ou mobiles.

Le nouvel opérateur va ensuite se charger de mettre à votre disposition les services commandés. Dès qu'il est prêt avec ceux-ci, il règle l'arrêt des services auprès de l'ancien opérateur et il résilie le contrat. L'objectif est qu'il ne mette fin aux services qu'au moment où il peut les reprendre. Vous vous retrouvez ainsi le moins longtemps possible sans connexion.

Vous pouvez choisir la date et l'heure de la résiliation et même décider de garder les services actifs chez les deux opérateurs pendant un certain temps. Cette dernière facilité est surtout importante pour les personnes qui ont un système d'alarme. Tous les opérateurs ne peuvent pas offrir cela. Dans ce cas, vous pouvez garder ce service actif chez votre ancien opérateur, mais vous recevez bien sûr encore des factures de sa part pour celui-ci.

L'ancien opérateur doit arrêter de vous facturer à la fin de la journée qui suit le jour de votre transfert vers un nouvel opérateur. Si un technicien doit passer, l'opérateur doit pouvoir vous dire si cela se fera dans la matinée ou dans l'après-midi du jour convenu. Si un technicien ne se présente pas, vous avez droit, en tant que consommateur, à une indemnité de 10 euros par cas.

Vous pouvez signaler expressément que vous ne désirez pas faire usage de la procédure Easy Switch. Cela peut être utile si vous désirez obtenir une solution sur mesure.

Restez toutefois vigilant

Easy Switch n'est pas aussi radicalement innovant que ce que vous auriez peut-être désiré. Si un technicien doit passer, il doit avoir accès à l'installation. Easy Switch ne résout pas le problème de devoir éventuellement prendre une demi-journée de congé pour pouvoir changer d'opérateur. Vous devez probablement aussi rendre vos anciens modem et décodeur.

Si vous aviez une combinaison de services, Easy Switch exige que vous transfériez l'ensemble de la combinaison chez votre nouvel opérateur, dans la mesure du possible. Si vous aviez une combinaison TV-internet, Easy Switch ne vous permet donc pas de par exemple transférer l'abonnement internet et de rester pour la télévision. Si vous avez une combinaison avec téléphonie, vous pouvez cependant passer chez Orange, même si Orange n'offre pas de téléphonie.

Si vous aviez acheté des services auprès de plusieurs opérateurs, vous devez vous-même résilier un certain nombre d'entre eux. Easy Switch fonctionne uniquement pour le transfert d'un seul opérateur vers un seul autre. Vous ne pouvez pas utiliser la procédure pour transférer un service vers l'opérateur A et un autre service vers l'opérateur B.

Il n'y a également pas moyen d'utiliser Easy Switch pour régler un déménagement si vous restez chez le même opérateur. Si vous avez deux adresses de livraison, vous devez lancer une procédure Easy Switch pour chaque adresse.

Si vous êtes liés à certaines obligations contractuelles (par exemple parce que vous avez acheté un GSM avec réduction en même temps qu'un abonnement d'une certaine durée), ces obligations continuent dans ce cas à s'appliquer. À partir du 1er juillet, les factures télécom devront toutefois mentionner quel appareil est lié à un abonnement et quand ce lien vient à échéance.