Tout le monde sait que les salaires sont lourdement taxés dans notre pays. Au sein de l'OCDE, la Belgique détient notamment le record de la pression fiscale la plus élevée pour les employés célibataires, avec 54%. Une diminution prudente est malgré tout perceptible. Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques, ce recul s'explique en partie par une diminution de l'impôt des personnes physiques et des cotisations de sécurité sociale pour l'employeur. Ces diminutions sont la conséquence du tax shift du gouvernement Michel.

Mais afin de quelque peu éviter les impôts tout de même encore élevés sur le salaire, les employeurs recourent volontiers aux avantages extralégaux. Spontanément, l'assurance groupe ou hospitalisation, la voiture de société ou les chèques-repas nous viendront à l'esprit. L'éventail légal de ces avantages est toutefois bien plus large. Les réductions de prix directes auprès de commerçants ou fournisseurs font également partie des possibilités.

'De telles réductions, nous pouvons les répertorier dans ce que l'on appelle les no cost benefits', affirme Xavier Baeten. Il est professeur à la Vlerick Business School et expert en matière de politique salariale des organisations. 'Grâce à la quantité de clients potentiels que l'employeur peut offrir, il peut revendiquer une réduction auprès de certains fournisseurs pour les membres de son personnel. L'employé bénéficie d'un avantage financier, alors que l'employeur ne paie qu'une contribution à l'intermédiaire qui gère la plateforme et prend l'administration à son compte."

Des centaines d'euros

En offrant des réductions, l'employeur augmente de manière simple et bon marché le pouvoir d'achat de ses collaborateurs

Merits & Benefits est un intermédiaire de ce type qui développe des plateformes d'avantages personnalisées pour les sociétés. 'En offrant des réductions, l'employeur augmente de manière simple et bon marché le pouvoir d'achat de ses collaborateurs', affirme le CEO Jeroen De Pooter. "Un tel avantage est exempt d'impôt tant pour l'employeur que pour l'employé, et aucune cotisation sociale ne doit être payée. En tant que société, vous payez en moyenne dix euros par employé pour ce service. En contrepartie, vous avez des collaborateurs motivés à même d'économiser des centaines d'euros."

Mais les employés sont-ils favorables à ce type d'avantages extralégaux ? "Nous avons étudié cela par le passé au sein de la Vlerick Business School, et la réponse est: oui", répond Xavier Baeten. "Les réductions de prix sont bel et bien appréciées par les salariés, mais quelques conditions préalables sont nécessaires. Il doit par exemple s'agir de réductions substantielles à deux chiffres. Les réductions de deux ou trois pourcents sont relativement sans intérêt."

Xavier Baeten recommande également aux employeurs de viser des produits ou services relativement courants. "De cette manière, l'employé s'en souvient fréquemment", considère-t-il. "Un bon exemple est une réduction à la pharmacie du coin. Cela ne doit en outre pas être trop complexe. Je déconseille les larges éventails de fournisseurs pour l'offre des réductions. Cela nécessite trop de travail de recherche, ce qui détourne l'attention de vos employés."

Vouchers

BNP Paribas Fortis offre, depuis pas mal de temps déjà, des réductions et des avantages aux membres de son personnel via la plateforme Merits & Benefits, et ce auprès de centaines de commerces, chaînes de magasin, parcs de loisir et magasins en ligne. "Dans de nombreux cas, il s'agit de vouchers qui valent davantage que le montant payé", explique Hilde Junius, porte-parole chez BNP Paribas Fortis. "Vous achetez par exemple un voucher Kinepolis pour 8,35 euros, mais à la caisse du cinéma, il vaut 10 euros. Et pour un bon d'achat Carrefour de cinquante euros, vous payez seulement 47,50 euros."

Cet avantage est en outre indépendant de la rémunération de nos collaborateurs. C'est un petit extra pour tout employé qui désire en faire usage

Ensuite, les employés bénéficient également de réductions directes pour les achats dans certains magasins (web). "Ils les obtiennent via leur carte avantage, un bon de réduction imprimé ou un code promotionnel en ligne", explique Hilde Junius. "Grâce à cela, ils économisent par exemple un cent par litre d'essence ou de diesel, 20% sur un abonnement annuel à certains magazines, et jusqu'à cinquante euros sur un séjour de vacances auprès d'un de nos partenaires. Nous prévoyons également des réductions pour des billets d'avion, l'accès à des parcs de loisirs et l'assistance dépannage pour la voiture."

Le montant qu'un employé de la banque peut économiser de cette manière chaque année est difficile à chiffrer, selon BNP Paribas Fortis. "Mais ceux qui font souvent des achats auprès des commerçants affiliés et qui savent bien ce qu'ils veulent peuvent réaliser de la sorte un beau bénéfice en économies", ressort-il. "Cet avantage est en outre indépendant de la rémunération de nos collaborateurs. C'est un petit extra pour tout employé qui désire en faire usage. Purement facultatif, donc."