Un grand principe prévaut pour la taxation en Belgique sur les cryptomonnaies : elle n'est due que lorsque le gain est réalisé, c'est-à-dire transformé en monnaies classiques (USD, EUR, etc.). "Si les gains restent en cryptomonnaies, même en stable coins, la monnaie moins volatile, le gain ne sera pas taxé", explique à Trends Tendances Nicolas Quarré, co-fondateur et CEO d'Accountable (lire aussi ci-dessous).
...

Un grand principe prévaut pour la taxation en Belgique sur les cryptomonnaies : elle n'est due que lorsque le gain est réalisé, c'est-à-dire transformé en monnaies classiques (USD, EUR, etc.). "Si les gains restent en cryptomonnaies, même en stable coins, la monnaie moins volatile, le gain ne sera pas taxé", explique à Trends Tendances Nicolas Quarré, co-fondateur et CEO d'Accountable (lire aussi ci-dessous).Autre grand principe : la fiscalité sur les cryptomonnaies en Belgique se fait en fonction du profil de celui qui déclare ses revenus. Trois profils coexistent : "bon père de famille", "spéculateur" et "professionnel" . Dans les détails, la taxation est nulle si vous pouvez justifier que ces gains sont réalisés par une activité qui peut être considérée comme de "bon père de famille". Pour correspondre à ce profil, vous devez manifester la volonté de faire fructifier votre argent en choisissant d'investir sur le long terme. Votre but ultime est la gestion de votre patrimoine et vous investissez un montant raisonnable. Dans ce cas précis, les lois fiscales belges en matière de cryptomonnaies ne vous obligent pas à déclarer vos gains. Vos bénéfices seront donc exonérés d'impôt, détaille sur son site HelloSafe. Si vous vous considérez comme un spéculateur, vous serez par contre taxé sur vos gains. Vous aurez à payer jusqu'à 33% sur vos bénéfices lorsque votre objectif principal est le profit et que vous tirez profit des variations du cours cryptomonnaies sur une très courte période. Dans ce cas, investir sur le long terme n'est pas une priorité pour vous et pour amasser des gains considérables, vous encourez de grands risques. Vous investissez une somme d'argent importante et restez à l'affût des opportunités du marché. Vos gains entrent dans la catégorie des revenus divers et vous n'êtes pas exempt de la taxe communale et des cotisations sociales. Si vous utilisez des moyens professionnels pour mener à bien vos activités de trading et de minage, vous êtes alors considéré comme un trader professionnel. Le taux progressif qui varie entre 25 et 50% s'appliquera.Les entreprises sont, elles, soumises à un taux fixe de 25 % sur les bénéfices, détaille encore le site Hellosafe.be.Pour permettre aux investisseurs de bien s'identifier parmi ces 3 profils et savoir quelle taxe sera appliquée sur leurs revenus en cryptomonnaie, il peut être utile de se référer aux 17 questions du Service des Décisions Anticipées (SPF Finances). L'impôt sur la cryptomonnaie se calcule donc uniquement sur les plus-values réalisées lors des ventes de jetons pour obtenir de la monnaie fiduciaire comme l'euro ou le dollar. Si l'échange se fait contre d'autres cryptomonnaies, aucune taxe n'est prélevée.Dans la catégorie des cryptomonnaies, on inclut aussi celles dont le cours est moins volatil et dont la valeur se rapproche le plus possible de un dollar ou un euro. On les appelle des stablecoins.Pour éviter l'imposition crypto, vous devez faire appel aux stablecoins. Quoique ces derniers soient adossés à des devises comme l'euro et le dollar, ils sont considérés comme des actifs numériques.Étant donné que seuls les gains découlant de l'échange des cryptomonnaies contre les monnaies fiats sont prises en compte dans le calcul des plus-values, vous pouvez utiliser les stablecoins pour échapper à l'imposition crypto."Cela ne vous permet pas cependant, d'être totalement exonéré de taxes car vous aurez à déclarer vos transactions une fois que vous les utiliserez pour acheter un bien", précise encore HelloSafe.