En 2018, les Belges ont acheté pour 256 millions d'euros de produits écologiques avec des éco-chèques. Une récente étude de CO2Logic, commandée par l'association des émetteurs belges de chèques-repas et éco-chèques VIA, a estimé que ces achats écologiques permettent d'économiser l'équivalent de 229.797 tonnes de CO2, ce qui correspond aux émissions annuelles de 22.573 Belges.

" Il y a bien sûr un effet multiplicateur, déclare Olivier Bouquet, président de VIA et CEO de Edenred Belgique. Quiconque utilise ses éco-chèques pour faire des investissements en vue d'économiser de l'énergie en tirera un avantage pendant 10 ans ou plus. " Par exemple, selon l'étude, les achats de produits d'isolation ont représenté 21% de la réduction estimée des émissions et les achats d'éclairage Led, 25%.

Les consommateurs ont également utilisé leurs chèques pour acquérir des appareils électroménagers moins énergivores, tels que des machines à laver, des sèche-linges et des réfrigérateurs. Il en a résulté une réduction de 17% de l'impact climatique. Les petits achats comme les vélos, les pommeaux de douche et les robinets thermostatiques ont également eu un impact positif significatif. " L'étude montre que le changement de comportement visé lors de l'introduction des éco-chèques en 2009 a commencé ", déclare Olivier Bouquet.

Typiquement belge

Selon lui, plusieurs pays d'Europe se penchent sur l'exemple de la Belgique. " Les éco-chèques sont typiquement belges. Les marches en faveur de l'environnement se sont imposées comme un phénomène partout en Europe, et même dans certains pays en dehors de notre continent. Une vingtaine de pays européens distribuent des chèques-repas. A l'échelle mondiale, on dénombre une quarantaine de pays où les employeurs offrent des chèques-repas à leurs employés. Mais il n'y a qu'un seul pays au monde qui utilise des éco-chèques. "

Les éco-chèques ont été créés en 2009. Les partenaires sociaux et le gouvernement ont décidé le 22 décembre 2008, dans le cadre d'un accord interprofessionnel, de porter un nouvel avantage extra-légal sur les fonts baptismaux, sur lequel les employeurs ne paieraient pas d'impôts ni de cotisations sociales. Pour les travailleurs, le brut est égal au net. Le montant des éco-chèques octroyés aux employés est plafonné à 250 euros.

Des éco-chèques 100% numériques permettraient d'économiser 35 millions d'euros de coûts, dont 80% pour les commerçants. " Olivier Bouquet (Edenred Belgique)

Le gouvernement Michel voulait supprimer le système et le remplacer par un montant net qui aurait été versé directement sur le compte des employés. Le raisonnement était que les gens pouvaient ainsi faire ce qu'ils voulaient avec cet argent, sans perdre leur pouvoir d'achat. Les éco-chèques et la liste des produits écologiques que les consommateurs peuvent acheter grâce à ce mode de paiement font en effet l'objet de nombreuses critiques.

L'une d'elle est que trop d'argent reste coincé dans les sociétés émettrices. Les employeurs versent aux entreprises émettrices une commission de quelques pour cent sur la valeur totale des chèques. De plus, les éco-chèques ne sont valables que pendant deux ans et le solde des éco-chèques non utilisés et périmés revient aux sociétés émettrices. " En ce qui concerne les éco-chèques électroniques arrivant à échéance l'an dernier, 99,4% ont été utilisés avant la date d'expiration ", réagit Olivier Bouquet. Les éco-chèques sous forme électronique ont été lancés sur le marché en 2016. " Aujourd'hui, environ 60% des éco-chèques sont sur un compte. Le consommateur peut payer à partir de ce compte en utilisant la même carte que celle qu'il utilise pour les chèques-repas. "

Chèque électroniques

Il y a quelques années, le législateur a modifié la législation sur les chèques- repas par arrêté royal. Depuis lors, les chèques-repas n'existent plus que sous la forme électronique. " Nous aimerions qu'une démarche similaire soit entreprise pour les éco-chèques, car nous avons atteint le plafond des entreprises qui passent spontanément du papier au titre électronique. Mais ce n'est pas une priorité pour le gouvernement. Quand les consommateurs ont la carte sur eux, ils sont plus susceptibles d'avoir le réflexe d'utiliser les éco-chèques. Ils peuvent consulter leur solde plus facilement aussi. C'est tout simplement plus efficace. Pour les commerçants et les employeurs, les éco-chèques papier impliquent beaucoup de paperasserie. La simplification administrative vers des éco-chèques 100% électroniques permettrait d'économiser 35 millions d'euros, dont 80% pour les commerçants ", explique Olivier Bouquet. Pour les entreprises émettrices, les coûts du call center et l'aide aux employeurs demeurent inchangés.

Cordonnerie

" Je ne peux pas vous donner de chiffres récents sur le nombre d'éco-chèques papier qui arrivent à expiration sans avoir été utilisés. Seules deux des trois sociétés émettrices distribuent encore des éco-chèques papier. En 2015, 98,1% des éco-chèques papier ont été utilisés. En tant que CEO d'Edenred, je peux affirmer que ce pourcentage s'est amélioré depuis ", ajoute Olivier Bouquet.

Il souligne que les sociétés émettrices utilisent l'argent des éco-chèques périmés à des fins éducatives, entre autres. " Nous devons faire un effort, via notre stand à Batibouw, avec l' eco-truck, etc., pour apprendre aux consommateurs à quoi servent les éco-chèques. Une étude de l'université d'Hasselt révèle que plus de la moitié des utilisateurs d'éco-chèques veillent également à limiter leur empreinte écologique lorsqu'ils font d'autres achats. "

On critique en outre le fait que tous les produits que les consommateurs pouvaient acheter n'étaient pas écologiques. C'est le Conseil national du travail, organe consultatif des partenaires sociaux, qui détermine les produits pouvant être achetés avec des éco-chèques. La liste est mise à jour tous les deux ans. " Je vous invite à consulter la liste sur myecocheques.be, propose Olivier Bouquet. Les consommateurs peuvent utiliser leurs chèques non seulement pour acheter des produits écologiques, mais aussi pour payer des services tels que l'entretien annuel de leur chaudière ou la réparation de leurs chaussures chez le cordonnier. Les consommateurs peuvent faire usage de leurs éco-chèques auprès de 8.500 à 10.000 commerçants, principalement dans des magasins spécialisés. Je suis convaincu que nous serons en mesure de convaincre de nombreux autres commerçants de se joindre à nous lorsque nous passerons aux éco-chèques 100% numériques. "