Depuis 1996, plus de 6 agences bancaires sur 10 en Belgique ont fermé leurs portes, ressort-il d'une récente étude de TopCompare.be. Aujourd'hui, il n'y a plus que six bureaux pour dix mille habitants en moyenne, alors qu'il y a vingt ans, il y en avait encore seize.

© Febelfin

"Le démantèlement s'est déroulé en trois phases", explique le gérant et cofondateur Wouter Vanderheere. "Avant le tournant du siècle, il y a d'abord eu une première vague de fermetures, surtout au niveau des agences indépendantes. Entre 2001 et 2005, quelques grandes fusions ont entraîné une deuxième vague de fermetures."

"Depuis 2006, les économies de coûts, la digitalisation croissante et le choix d'une offre dite multicanale ont été les principales raisons de la poursuite des fermetures d'agences. Les banques désirent de plus en plus atteindre leurs clients via le pc et le smartphone."

© Febelfin

L'exemple hollandais

Vanderheere est persuadé que les récents licenciements chez ING seront suivis par d'autres banques. "La Belgique est occupée à effectuer un rattrapage en matière de digitalisation des banques", déclare-t-il. "Certainement en comparaison avec nos voisins du nord, où il n'y a plus qu'une seule agence bancaire pour dix mille habitants aujourd'hui."

La diminution du réseau d'agences au cours des vingt dernières années a été aussi forte en Flandre qu'en Wallonie. Cela signifie que, dans la partie francophone de notre pays, il y a moins d'agences par habitant qu'en Flandre. La Flandre occidentale est la province avec la plus grande proportion, le Hainaut compte le moins d'agences par habitant.