Le mercredi 3 juillet dernier, pour la première fois de mémoire d'homme, le rendement affiché par la dette belge à 10 ans passe en territoire négatif. Des investisseurs acceptent de ne pas être rémunérés pour leur placement, mais, au contraire, de payer une petite prime. Certains affirment alors que " la Belgique emprunte à taux négatif ". Faux : notre pays n'a pas emprunté ce jour-là ; c'est sur le marché secondaire que le phénomène fut observé et la Belgique n'y a pas gagné un centime. Pas plus que le groupe Solvay n'est concerné si le cours de son action grimpe ou chute en Bourse.
...