Progressivement " et " patiemment " sont des termes que Peter Praet nous répète à l'envi. Le bras droit de Mario Draghi prend tout son temps pour nous expliquer la politique d'assouplissement quantitatif (quantitative easing), dont il est un des principaux architectes. Il comprend bien le mécontentement des épargnants. " J'en suis un moi-même ", rappelle-t-il. Ce qui ne l'incite toutefois pas à plaider en faveur d'un changement stratégique, et en aucun cas pour un relèvement des taux, à brève échéance. Les banques qui espéraient être rapidement débarrassées des taux négatifs en seront donc pour leurs frais. C'est vrai, l'économie redémarre. Mais aucun virage à 180 degrés n'est encore en vue.
...