Les achats groupés d'énergie n'ont jamais été aussi populaires, écrivaient Het Laatste Nieuws et De Morgen jeudi matin. Selon ces journaux, 523.024 familles flamandes ont changé de fournisseur via un achat groupé l'an dernier. Mais cette constatation n'est pas accueillie positivement par tout le monde. Selon Christophe Degrez, CEO d'Eneco Belgique, nous devons traiter ces chiffres avec circonspection. "Cette augmentation est belle, mais la majorité des personnes qui ont ainsi changé de fournisseur appartiennent systématiquement au même groupe qui s'inscrit à nouveau chaque année et qui change à chaque fois de fournisseur pour une petite économie, pour revenir une année plus tard", affirme-t-il.

Christophe Degrez, CEO d'Eneco Belgique © Belga

"Et il s'est parfois avéré qu'un des grands acteurs remporte l'achat groupé. Dans un tel cas, la majorité des participants se trouvent déjà chez ce fournisseur. Ils passent dans ce cas du produit x au produit y", poursuit Degrez. "Dans un tel cas, il n'est pas vraiment question d'un marché mobile."

Degrez est en outre persuadé que les promoteurs d'achats groupés ne peuvent pas offrir au consommateur la garantie qu'il obtient le produit le meilleur marché. Plusieurs raisons expliquent cela selon lui. "Pour commencer, tous les fournisseurs d'énergie ne participent pas à ce type d'achats groupés. Ils sont tous contactés par les organisateurs, mais nous observons que toujours moins d'acteurs répondent à la proposition. Et cela a un impact néfaste sur les enchères. Moins il y a d'acteurs participants, moins l'impact à la baisse sur les prix est important", explique-t-il. Il se peut en outre que l'un des acteurs non participants ait un meilleur prix.

Soulagement

Dans une interview antérieure avec Moneytalk, Frédéric Dumalin d'iChoosr estimait que le soulagement du client est l'un des plus grands atouts d'un achat groupé. Et c'est d'emblée le deuxième point de la critique de Degrez. "Soulagement signifie que le consommateur ne doit pas lui-même comparer les fournisseurs ou régler le transfert. Mais ce dernier aspect, le consommateur ne doit en fait jamais le faire. S'il change de son propre gré de fournisseur, il se charge lui-même de tout le travail administratif. Mais un petit coup de téléphone ou quelques clics de souris suffisent."

"Les organisateurs ne tiennent en outre aucun compte, dans leur comparaison, des tarifs de base sur le marché. Ils excluent toutes les réductions. Cela signifie que le consommateur pourrait peut-être obtenir un meilleur prix chez un autre fournisseur", poursuit Degrez.

Énergie verte

Les discours verts des organisateurs d'achats groupés et des fournisseurs d'énergie sont parfois trop beaux pour être vrais, selon Degrez. "Les fournisseurs d'énergie peuvent parfois avoir le profil de sociétés vertes alors qu'elles produisent de l'énergie grise. Elles colorent cette énergie en vert par l'achat de certificats d'énergie verte en Norvège et en Islande notamment."

"Le consommateur doit se réveiller", souligne Degrez. Selon lui, il ne peut être certain d'avoir obtenu la meilleure formule que s'il tient compte des trois critères suivants: le prix, la provenance et la qualité. "Même si le consommateur participe à un achat groupé, il est conseillé qu'il fasse en outre lui-même la comparaison", avance Degrez. C'est notamment possible via le site Veriftarif.be qui tient également compte des promotions ou des réductions.