Vous faites la file à la caisse d'un supermarché en Suisse. Sans réfléchir, vous avez rempli votre caddie et vous voilà confronté à un dilemme : allez-vous sortir votre carte bancaire ou votre carte de crédit ? Sur le site web de Maestro, on peut lire qu'une carte munie de cette fonction permet d'effectuer des paiements gratuitement " à l'étranger ". Mais il y a deux notes de bas de page importantes. Premièrement, " à l'étranger " signifie en réalité " dans la zone euro ", car votre banque peut effectivement vous porter en compte des frais supplémentaires pour les paiements en dehors de cette zone. Deuxièmement, les commerçants à l'étranger peuvent aussi facturer un supplément à leurs clients pour l'utilisation d'une carte bancaire.

© TT

" Le nombre de points de vente qui comptent un supplément est très variable d'un pays à l'autre, réagit Belfius. Dans certains pays, cette pratique est déjà interdite. Dans le courant de l'année prochaine, elle le sera dans toute l'Union européenne, dès que les deux derniers Etats membres auront transposé la directive sur les paiements en droit national. " " En théorie, un commerçant peut compter des frais supplémentaires, mais ils ne peuvent être supérieurs au coût effectif de l'utilisation de la carte pour le commerçant ", ajoute un porte-parole de KBC. Selon ING, cela représente " quelques centimes ". BNP Paribas Fortis précise pour sa part que les frais liés à l'utilisation de la carte doivent être clairement signalés.

Carte de crédit ou carte bancaire ? Argenta répond très franchement à la question : " Une transaction effectuée à l'étranger avec Maestro revient moins cher à nos clients qu'avec une carte de crédit ". Le porte-parole de la banque fait cependant remarquer qu'une carte bancaire ne permet pas de faire des paiements partout dans le monde. Argenta est la seule banque interrogée à affirmer aussi clairement que la carte bancaire est la plus avantageuse. Tout autre son de cloche chez sa concurrente KBC : " En dehors de la zone euro, il vaut mieux payer avec la carte de crédit KBC. Même chose pour les retraits d'argent, sauf s'ils sont inférieurs à 100 euros ".

Nous n'avons pas obtenu de réponse univoque auprès des autres banques. BNP Paribas Fortis indique que dans de nombreux cas, il est plus avantageux de payer avec la carte de crédit. Belfius ne se prononce pas, tandis que Crelan avance très prudemment que la Visa peut être meilleur marché. Mais en examinant de plus près les tarifs de Crelan, il apparaît clairement que le choix de la carte de crédit est une évidence pour qui voyage en dehors de la zone euro. En effet, la banque ne facture qu'une commission de change pour la carte Visa, tandis que la carte bancaire entraîne un coût fixe de 0,61 euro et une commission de change plus élevée, d'après la liste des tarifs. Le porte-parole d'ING insiste aussi sur le fait qu'il faut prévenir sa banque si l'on a l'intention d'utiliser sa carte bancaire hors Europe afin de la débloquer. Pour la Suisse, cette démarche n'est pas nécessaire.

Devise locale ou euro ?

Dès que vous avez choisi le moyen de paiement - carte de crédit ou carte bancaire -, une autre question se pose : faut-il payer dans la devise du pays visité ou en euro ? " Mieux vaut opter pour la devise locale ", conseillent les spécialistes de KBC. Chez BNP Paribas Fortis, Belfius et Argenta, nous nous sommes entendu dire que tout dépend du cours appliqué par le commerçant et des éventuels frais comptés par le point de vente ou l'intermédiaire financier. Autrement dit, si vous choisissez l'euro, vous ne savez pas à quoi vous attendre. Si vous préférez la devise locale, les tarifs de votre banque en Belgique s'appliqueront.