Oui, c'est possible à partir de cette année. Avant, la coparenté fiscale cessait automatiquement dès le moment où vos enfants devenaient majeurs. Mais dorénavant, les enfants majeurs qui poursuivent leurs études peuvent également bénéficier de la coparenté fiscale. Cette coparenté implique que les enfants habitent aussi souvent chez l'un des parents que chez l'autre. Ceci doit ressortir expressément d'un acte enregistré ou homologué par un juge. La coparenté a une incidence sur le plan fiscal pour les parents. Les enfants concernés par la coparenté sont à la fois fiscalement à charge de la mère et du père. Il s'ensuit que les deux parents doivent payer moins d'impôts. D'un point de vue technique, cela s'explique par le fait que leur quotité exemptée d'impôt est revue à la hausse en raison des enfants à charge.

Attention, le montant total de l'augmentation de la quotité exemptée pour enfant à charge est réparti équitablement entre les deux parents en cas de coparenté. Pour deux enfants par exemple, les partenaires mariés ont droit ensemble à une hausse de la quotité exemptée de 3.900 euros. S'ils divorcent et optent pour la coparenté fiscale, ils pourront chacun bénéficier d'une hausse de 1.950 euros (3.900 euros divisés par 2) de la quotité exemptée. La coparenté fiscale est-elle toujours intéressante ? Pour pouvoir répondre à cette question, vous devez savoir que la pension alimentaire versée ne peut être déduite fiscalement en cas de coparenté fiscale. Vous devez par conséquent choisir entre une augmentation de la quotité exemptée ou la déduction de la pension alimentaire payée. Quand vos enfants font des études et logent en kot, il est généralement plus intéressant que le parent débiteur de la rente alimentaire déduise celle-ci et que l'autre parent prenne entièrement à charge les enfants.