Le tax shift du gouvernement Michel ne fera pas augmenter les revenus professionnels nets en 2017. Les employés auront un peu plus de salaire net fin janvier, mais c'est uniquement une conséquence de l'indexation de quelques montants fiscaux.
...

Le tax shift du gouvernement Michel ne fera pas augmenter les revenus professionnels nets en 2017. Les employés auront un peu plus de salaire net fin janvier, mais c'est uniquement une conséquence de l'indexation de quelques montants fiscaux.L'objectif du tax shift est de faire glisser une partie de l'impôt sur le travail vers l'impôt sur la consommation. Les revenus nets d'un travailleur sont systématiquement augmentés jusqu'en 2018. C'est une conséquence de trois mesures: l'augmentation des quotités exemptées, l'augmentation des charges professionnelles forfaitaires et la suppression du taux de 30%. Les revenus les plus bas tireront le plus d'avantage du tax shift.L'augmentation des quotités exemptées a comme conséquence que la partie des revenus sur laquelle aucun impôt n'est dû augmente. La somme exonérée par contribuable augmente progressivement de 7.090 euros à 8.400 euros en 2019.Les personnes qui ne déclarent pas leurs charges professionnelles réelles ont droit à une déduction forfaitaire des charges. Au plus cette déduction est élevée, au plus le contribuable garde en net. Un élément du tax shift est l'augmentation du forfait de charges de 4.090 euros en 2015 à 4.210 euros en 2016 et à 4.500 euros en 2018.Les taux d'imposition en Belgique sont progressifs. Cela signifie qu'ils augmentent à mesure que les revenus imposables augmentent. Le taux le plus bas est de 25%, le plus élevé de 50% pour ceux qui ont des revenus imposables supérieurs à 38.080 euros. Le taux d'imposition de 30% sera supprimé en 2018, une plus grande partie des revenus tomberont par conséquent sous le taux le plus bas de 25%. A vitesse de croisière, un contribuable devrait ainsi payer 185 euros par an en moins aux autorités fédérales.Les mesures du tax shift n'évolueront pas en 2017. Ce n'est qu'en 2018 que le glissement fiscal aura ses effets complets. Chaque employé recevra tout de même un salaire net légèrement supérieur fin janvier 2017. C'est la conséquence de l'indexation des déductions d'impôt, des exonérations d'impôt et des limites de revenus pour l'année de revenus 2017. Cela résulte en l'adaptation des barèmes du précompte professionnel, qui est retenu sur les revenus bruts. Nous devrons attendre le 1er janvier 2018 pour ressentir l'étape suivante du tax shift sur le salaire net.