Plutôt blasés, les importateurs d'automobiles les plus concernés par les mesures fiscales sur la voiture de société restent fort calmes. Ils ont l'habitude de voir le gouvernement fédéral rogner le statut fiscal de ce type de véhicule : en 2004, 2005, 2007, 2009. La réforme la plus importante a été instaurée en 2012, lorsque le gouvernement Di Rupo a intégré le prix de la voiture dans le calcul de l'avantage en nature taxable. Quelques Ferrari ou d'autres voitures à prix élevé ont été revendues précipitamment, tandis que les modèles les plus courants - les Audi A4 ou A3 et autres BMW ou Skoda - ont plus que jamais continué à se vendre et à grossir les flottes.
...