Pour le syndicat neutre des indépendants, le signal donné par l'Ordre est une bonne chose. Il espère qu'il ne s'agit pas d'un rappel à l'ordre ponctuel et que les médecins s'engageront à réduire le nombre de certificats octroyés trop facilement. Beaucoup d'entreprises souffrent en effet de ces certificats. Outre les problèmes organisationnels que peut entraîner une absence, celle-ci a un coût. "Le travailleur qui perçoit son salaire garanti en cas de fausse maladie, devrait le rembourser intégralement à son employeur", estime la présidente du SNI, Christine Mattheeuws. "Beaucoup d'entreprises se plaignent du nombre croissant de 'malades du lundi' depuis bon nombre d'années. Ce genre de comportement en quelque sorte, est tout à fait inacceptable. Encore plus car ces pratiques ont une influence négative sur quelqu'un qui est vraiment malade, tandis que ces personnes doivent obtenir tous les soutiens possibles", estime encore la présidente. (Belga)