Les organisateurs du salon Second Home ont interrogé les visiteurs lors de la dernière édition qui s'est déroulée les 4 et 5 juin. Ils leur ont notamment demandé quels pays les intéressaient. L'Espagne, la France, le Portugal, la Grèce, l'Italie, la Turquie et la Belgique étaient, dans l'ordre, les pays les plus souvent cités. Dans le cadre du présent dossier, nous nous sommes intéressés à l'acquisition d'un bien immobilier dans les pays du sud de l'Europe.

Atouts

Selon l'enquête de Second Home, 85 % des personnes intéressées par l'achat d'un bien à l'étranger sont à la recherche d'un logement à proximité de la mer. Un peu moins du tiers des candidats acquéreurs disposent d'un budget dépassant les 250.000 euros et plus d'un tiers de moins de 200.000 euros. Les appartements (47%) sont les plus demandés, suivis des villas (39%).

Dans les pages qui suivent, vous trouverez, par pays, l'évolution générale des prix de l'immobilier au cours de ces dernières années. Nous vous donnons également un aperçu des taxes et frais supplémentaires dont vous devez tenir compte et indiquons auprès de qui il est conseillé de se renseigner. Les articles du présent dossier ne traitent pas des possibilités de financement de l'achat.

Si vous disposez de suffisamment de liquidités sur votre compte, il n'est plus utile pour vous de continuer à lire les lignes qui suivent. Vous pouvez passer directement à la page suivante. Vous êtes probablement heureux de pouvoir utiliser votre argent et de ne plus le voir dépérir sur un compte d'épargne qui ne vous rapporte rien.

Emprunts

Pour accorder un prêt en vue de l'acquisition d'un bien immobilier à l'étranger, la plupart des banques belges demandent une hypothèque sur un immeuble en Belgique. Cette hypothèque est inscrite en Belgique dans un registre. Si vous préférez prendre une hypothèque sur votre bien en Espagne par exemple, vous devrez probablement vous adresser à une banque espagnole. Et il en va de même pour tous les autres pays.

S'il n'y a pas (ou plus) d'hypothèque sur un logement belge que vous possédez déjà, vous pourrez sans trop de problème reprendre une hypothèque sur celui-ci. Si vous avez conclu un emprunt hypothécaire suffisamment important pour l'achat de votre première habitation et que vous avez déjà remboursé une grande partie ou l'intégralité de celui-ci, vous pourrez assez facilement et sans trop de frais régler une reprise de crédit à la banque.

En outre, il existe un certain nombre d'autres possibilités moins connues, comme un crédit avec pour garantie le capital de votre pension complémentaire - une assurance de groupe ou un fonds de pension - ou un prêt à tempérament. Dans ce cas, il convient d'en discuter au préalable avec votre banquier, toutes les banques n'octroyant pas ce type de crédits avec autant de souplesse. Les conditions ne seront peut-être pas intéressantes. Un porte-parole de la KBC nous avertit par ailleurs qu'une directive européenne interdira prochainement aux banques d'encore octroyer un prêt pour l'achat d'un bien immobilier sans hypothèque.