Troubles politiques autour du référendum, tremblements de terre causant des centaines de victimes : on ne peut pas dire que 2016 fut une année de tout repos pour l'Italie. Le marché de l'immobilier ne semble pourtant pas en avoir trop souffert. " Il faut distinguer le marché immobilier local et le marché des résidences secondaires ", souligne Ronald de Rooy, associé chez ItaliaCasa, le courtier officiel néerlandophone le plus en vue en Italie, comme il se présente lui-même. " L'année dernière, le marché immobilier italien a reculé de 1,4 %, à contre-courant du segment des secondes résidences qui, lui, a presque partout repris des couleurs et connu une hausse des prix. La raison de ce rebond des résidences secondaires est simple : la demande étrangère reste solide. Le public souhaitant investir en Italie est très spécifique. Il nourrit généralement un amour de la langue, de la culture, de la gastronomie et de l'hospitalité italienne. Il ne songe même pas à aller vers d'autres contrées. "
...