Mais alors à quoi sert encore le permis de lotir, sagement conservé par le législateur bruxellois ? Sa fonction première est de protéger l'acquéreur d'un terrain contre le risque de non-constructibilité de celui-ci et le danger de se voir refuser tout permis d'urbanisme en raison du caractère insuffisamment " équipé " de son terrain. En effet, de jurisprudence constante, un terrain n'est apte à recevoir des constructions que s'il dispose des infrastructures nécessaires à cette fin - eau, gaz, électricité, égouttage, etc. - et qu'il est bordé par une voirie carrossable.
...