La gigantesque acquisition de Anheuser-Busch en 2008 a clairement été digérée. L'heure est-elle venue de frapper à nouveau? L'Asie requiert clairement une plus grande attention, car le groupe n'y gagne guère d'argent.

Le volume total vendu en 2011 est très stable avec un peu moins de 400 millions d'hectolitres contre 398,9 millions en 2010. Tant que les revenus et les résultats continuent à évoluer favorablement... De plus, les principales marques (Budweiser, Stella Artois et Beck's) ont progressé (+3,3% l'an dernier). Malgré les volumes stables, le chiffre d'affaires a augmenté de 4,6%, passant de 36,3 à 39,0 milliards USD. Ce qui démontre que le groupe dispose toujours d'une excellente politique de tarification.

Ceux qui s'intéressent surtout à la croissance d'AB InBev doivent observer l'évolution de la rentabilité. Le groupe dirigé par le CEO Carlos Brito est connu pour sa politique de maîtrise très stricte des coûts. Le bénéfice opérationnel (normalisé, EBIT) a progressé de 9,7% à 12,60 milliards USD l'an dernier. La marge opérationnelle (EBIT/CA) est passée de 30,8 à 32,3%. Le bénéfice net (normalisé) s'est accru de 5,04 à 6,45 milliards USD ou, par action, de 3,17 à 4,04 USD. Une augmentation de 28%! AB InBev est aujourd'hui un groupe d'envergure mondiale. Une analyse de son évolution géographique nous oblige cependant à constater que 70% des volumes sont vendus en Amérique du Nord et en Amérique du Sud, où le groupe réalise également 76% de son chiffre d'affaires et 94% de son bénéfice opérationnel. C'est en Asie que la croissance est la plus rapide (revenus en hausse de 17% en 2011), mais les marges y ont baissé l'an dernier et elles étaient déjà très faibles.

Depuis août dernier, l'action a bondi d'environ 35 EUR à 52,50 EUR aujourd'hui, soit une hausse de 50 % ! Impressionnant compte tenu de l'environnement économique difficile. AB InBev est actuellement une action très prisée et au contraire de l'été dernier, elle n'est plus "bon marché" (16,5 fois le bénéfice attendu pour 2012 et 15 fois celui de 2013). De plus, la croissance est toujours très concentrée et la rentabilité reste médiocre en Asie. Nous profiterions dès lors de la grande popularité de l'action pour prendre peu à peu nos (jolis) bénéfices. Le potentiel de hausse restant nous semble plutôt limité.

Danny Reweghs, L'Initié de la Bourse

La gigantesque acquisition de Anheuser-Busch en 2008 a clairement été digérée. L'heure est-elle venue de frapper à nouveau? L'Asie requiert clairement une plus grande attention, car le groupe n'y gagne guère d'argent.Le volume total vendu en 2011 est très stable avec un peu moins de 400 millions d'hectolitres contre 398,9 millions en 2010. Tant que les revenus et les résultats continuent à évoluer favorablement... De plus, les principales marques (Budweiser, Stella Artois et Beck's) ont progressé (+3,3% l'an dernier). Malgré les volumes stables, le chiffre d'affaires a augmenté de 4,6%, passant de 36,3 à 39,0 milliards USD. Ce qui démontre que le groupe dispose toujours d'une excellente politique de tarification. Ceux qui s'intéressent surtout à la croissance d'AB InBev doivent observer l'évolution de la rentabilité. Le groupe dirigé par le CEO Carlos Brito est connu pour sa politique de maîtrise très stricte des coûts. Le bénéfice opérationnel (normalisé, EBIT) a progressé de 9,7% à 12,60 milliards USD l'an dernier. La marge opérationnelle (EBIT/CA) est passée de 30,8 à 32,3%. Le bénéfice net (normalisé) s'est accru de 5,04 à 6,45 milliards USD ou, par action, de 3,17 à 4,04 USD. Une augmentation de 28%! AB InBev est aujourd'hui un groupe d'envergure mondiale. Une analyse de son évolution géographique nous oblige cependant à constater que 70% des volumes sont vendus en Amérique du Nord et en Amérique du Sud, où le groupe réalise également 76% de son chiffre d'affaires et 94% de son bénéfice opérationnel. C'est en Asie que la croissance est la plus rapide (revenus en hausse de 17% en 2011), mais les marges y ont baissé l'an dernier et elles étaient déjà très faibles.Depuis août dernier, l'action a bondi d'environ 35 EUR à 52,50 EUR aujourd'hui, soit une hausse de 50 % ! Impressionnant compte tenu de l'environnement économique difficile. AB InBev est actuellement une action très prisée et au contraire de l'été dernier, elle n'est plus "bon marché" (16,5 fois le bénéfice attendu pour 2012 et 15 fois celui de 2013). De plus, la croissance est toujours très concentrée et la rentabilité reste médiocre en Asie. Nous profiterions dès lors de la grande popularité de l'action pour prendre peu à peu nos (jolis) bénéfices. Le potentiel de hausse restant nous semble plutôt limité.Danny Reweghs, L'Initié de la Bourse