"La situation économique actuelle a poussé AB Inbev - tout comme beaucoup d'autres multinationales - à revoir ses délais et ses conditions de paiement", a indiqué Karen Couck, responsable de la communication du groupe, en réaction à une information parue samedi dans De Tijd. Concrètement, AB Inbev a décidé de porter ses délais de paiement à 120 jours. En Belgique, ce délai fait partie des négociations commerciales entre un fournisseur et son client. Le groupe brassicole rappelle dans la foulée qu'il respecte l'ensemble des lois et des règles, en ce compris ses obligations contractuelles. Néanmoins, le ministre de l'Entreprise Vincent Van Quickenborne (Open Vld) a demandé au conseil de la concurrence de lancer une enquête informelle sur un éventuel abus de position dominante. Les contacts nécessaires seront pris à cette fin dès lundi, a conclu le ministre.

"La situation économique actuelle a poussé AB Inbev - tout comme beaucoup d'autres multinationales - à revoir ses délais et ses conditions de paiement", a indiqué Karen Couck, responsable de la communication du groupe, en réaction à une information parue samedi dans De Tijd. Concrètement, AB Inbev a décidé de porter ses délais de paiement à 120 jours. En Belgique, ce délai fait partie des négociations commerciales entre un fournisseur et son client. Le groupe brassicole rappelle dans la foulée qu'il respecte l'ensemble des lois et des règles, en ce compris ses obligations contractuelles. Néanmoins, le ministre de l'Entreprise Vincent Van Quickenborne (Open Vld) a demandé au conseil de la concurrence de lancer une enquête informelle sur un éventuel abus de position dominante. Les contacts nécessaires seront pris à cette fin dès lundi, a conclu le ministre.