"C'est une énième opération de réduction des coûts. Cette fois, c'est principalement la division ventes qui en fait les frais. Qui seront les prochains? ", se demande Kris Croonenborghs de la FGTB. "Il s'agit d'une nouvelle opération de flexibilité. Dans la division ventes, on maintient un cadre minimum et on fera appel à des intérimaires. En pratique, ceux qui resteront auront plus de travail car le rendement d'un intérimaire n'est pas comparable à quelqu'un qui travaille dans ce secteur depuis des années", a ajouté le syndicaliste. "Le personnel est incertain sur son avenir. De opérations de réduction de coûts se succèdent chaque année", a-t-il conclu.

"C'est une énième opération de réduction des coûts. Cette fois, c'est principalement la division ventes qui en fait les frais. Qui seront les prochains? ", se demande Kris Croonenborghs de la FGTB. "Il s'agit d'une nouvelle opération de flexibilité. Dans la division ventes, on maintient un cadre minimum et on fera appel à des intérimaires. En pratique, ceux qui resteront auront plus de travail car le rendement d'un intérimaire n'est pas comparable à quelqu'un qui travaille dans ce secteur depuis des années", a ajouté le syndicaliste. "Le personnel est incertain sur son avenir. De opérations de réduction de coûts se succèdent chaque année", a-t-il conclu.