Les faits reprochés à l'ancienne banque néerlandaise remontent à la période 1995-2005: durant ces années, ABN Amro "a facilité des transactions en dollars" avec des banques de pays soumis à des sanctions économiques, essentiellement l'Iran, la Libye, le Soudan et Cuba, notamment en maquillant des documents, indique le ministère dans un communiqué. "ABN Amro a facilité le mouvement de fonds illégaux au sein du système financier américain en supprimant certaines informations liées à des transactions et en fermant les yeux sur ses obligations", a accusé un responsable du ministère, Lanny Breuer, cité dans le communiqué. "Ce système a permis à des entités et des pays soumis à des sanctions américaines de faire passer des centaines de millions de dollars dans le système financier américain", a souligné le ministère. En décembre 2005, la Banque fédérale américaine et d'autres instances réglementaires américaines et néerlandaises avaient déjà infligé une amende de 80 millions de dollars à ABN Amro pour violation des lois américaines concernant les opérations financières avec la Libye et l'Iran. ABN Amro s'était alors engagée à améliorer son système de contrôle. Lundi le ministère a indiqué que l'établissement avait pleinement collaboré à l'enquête débouchant sur l'amende de 500 millions de dollars.

Les faits reprochés à l'ancienne banque néerlandaise remontent à la période 1995-2005: durant ces années, ABN Amro "a facilité des transactions en dollars" avec des banques de pays soumis à des sanctions économiques, essentiellement l'Iran, la Libye, le Soudan et Cuba, notamment en maquillant des documents, indique le ministère dans un communiqué. "ABN Amro a facilité le mouvement de fonds illégaux au sein du système financier américain en supprimant certaines informations liées à des transactions et en fermant les yeux sur ses obligations", a accusé un responsable du ministère, Lanny Breuer, cité dans le communiqué. "Ce système a permis à des entités et des pays soumis à des sanctions américaines de faire passer des centaines de millions de dollars dans le système financier américain", a souligné le ministère. En décembre 2005, la Banque fédérale américaine et d'autres instances réglementaires américaines et néerlandaises avaient déjà infligé une amende de 80 millions de dollars à ABN Amro pour violation des lois américaines concernant les opérations financières avec la Libye et l'Iran. ABN Amro s'était alors engagée à améliorer son système de contrôle. Lundi le ministère a indiqué que l'établissement avait pleinement collaboré à l'enquête débouchant sur l'amende de 500 millions de dollars.