"Nous pensons que le plus gros de la crise est derrière nous", a souligné Jo Cornu, CEO d'Agfa-Geavert. "C'est une tendance que nous avons constatée. Nous ne voyons plus de chute par rapport au trimestre précédent mais nous ne pouvons pas encore parler de reprise. On attend que les gens retrouvent confiance dans l'économie et qu'ils relancent les investissements. Cela aura une influence importante sur la division Graphics. Lorsque l'économie reprendra, le marché publicitaire suivra et notre chiffre d'affaires dans le secteur graphique augmentera".

Par ailleurs, M. Cornu est satisfait des mesures d'économies réalisées en collaboration avec 2.500 employés et cadres. Durant 20 mois , ils ont décidé, début mai, de réduire leur temps de travail et leur salaire de 10%. Agfa-Gevaert n'avait pas conclu d'accord avec les 1.350 ouvriers. Les syndicats n'avaient pas voulu négocier sur une réduction de 10% du temps de travail et de salaire. "Nous avons alors supprimé le bus gratuit et utilisé d'autres mesures comme le chômage temporaire et plusieurs mesures de crise du gouvernement. Cela a participé à 7% des mesures de réductions des coûts prévues", a-t-on précisé chez Agfa.

"Nous pensons que le plus gros de la crise est derrière nous", a souligné Jo Cornu, CEO d'Agfa-Geavert. "C'est une tendance que nous avons constatée. Nous ne voyons plus de chute par rapport au trimestre précédent mais nous ne pouvons pas encore parler de reprise. On attend que les gens retrouvent confiance dans l'économie et qu'ils relancent les investissements. Cela aura une influence importante sur la division Graphics. Lorsque l'économie reprendra, le marché publicitaire suivra et notre chiffre d'affaires dans le secteur graphique augmentera".Par ailleurs, M. Cornu est satisfait des mesures d'économies réalisées en collaboration avec 2.500 employés et cadres. Durant 20 mois , ils ont décidé, début mai, de réduire leur temps de travail et leur salaire de 10%. Agfa-Gevaert n'avait pas conclu d'accord avec les 1.350 ouvriers. Les syndicats n'avaient pas voulu négocier sur une réduction de 10% du temps de travail et de salaire. "Nous avons alors supprimé le bus gratuit et utilisé d'autres mesures comme le chômage temporaire et plusieurs mesures de crise du gouvernement. Cela a participé à 7% des mesures de réductions des coûts prévues", a-t-on précisé chez Agfa.