Les gestionnaires de fonds flexibles ont été les grands vainqueurs de la crise de 2008. Dans un premier temps, ce sont surtout les gestionnaires français qui ont gagné le coeur des investisseurs belges avec des produits tels que Carmignac Patrimoine ou DNCA Eurose. Ils ont ensuite été rejoints (sous l'initiative de la Deutsche Bank Belgique) par une série de fonds gérés par des gestionnaires de langue allemande, comme les fonds défensif Ethna-Aktiv et DWS Concept Kaldemorgen, ou par le plus agressif Flossbach von Storch Multiple Opportunities. Ce dernier reste d'ailleurs un des rares produits flexibles à avoir enregistré des performances appréciables durant le recul de l'année dernière. Ce sont aujourd'hui deux nouveaux produits qui débarquent sur le marché belge (un autrichien et un allemand) avec un historique de performance déjà bien établi et des philosophies d'investissement assez éloignées.

Leo Willert (ARTS AM) " Nous cherchons à identifier le plus rapidement les tendances les plus stables sur les marchés. " © pg

Valeur de croissance

DWS vient de lancer sur le marché belge DWS Dynamic Opportunities Fund, une stratégie mixte plus agressive lancée en 2013, qui affiche quatre étoiles chez Morningstar sur base de la performance du fonds allemand. L'exposition du fonds sur les marchés boursiers sera typiquement comprise entre 60 et 80% des actifs sous gestion. La stratégie d'investissement va viser des sociétés de haute qualité, affichant des perspectives de croissance favorables, et disposant d'une position de marché dominante.

Parmi les principales positions du fonds, nous trouvons des grandes capitalisations européennes telles que SAP, Royal Dutch, Total, Axa, Allianz et Linde, mais également des groupes américains tels qu'Alphabet, American Express, Walt Disney et Thermo Fisher. Au niveau sectoriel, le fonds sera exposé sur des segments comme la technologie, les soins de santé ou les financières. " Ce dernier groupe représente le poids sectoriel le plus important, souligne Christoph Schmidt, le gestionnaire principal du fonds. Notre exposition comprend essentiellement des assureurs européens ou des groupes actifs dans les services financiers. Nous avons récemment relevé notre exposition sur les groupes bancaires américains qui vont continuer à racheter agressivement leurs titres durant les prochains mois. "

Prudence

" Notre stratégie sera principalement investie sur les grandes actions européennes et américaines qui ont du succès sur les marchés internationaux, ajoute le gestionnaire. Notre exposition directe sur les actions émergentes est actuellement nulle, mais nous avons une exposition indirecte très importante par l'intermédiaire de grandes sociétés qui ont également du succès sur les marchés émergents. Comme nous anticipons une augmentation de la volatilité sur les marchés durant les prochains mois, nous avons toutefois fait reculer notre exposition sur les marchés boursiers vers 60% des actifs sous gestion. "

" Nous préférons être tactiquement prudents alors que nous entrons dans la saison des résultats pour le deuxième trimestre. Nous observons toutefois des divergences extrêmes sur les niveaux de valorisation, avec des secteurs qui se négocient actuellement sur des niveaux qui ne sont typiquement rencontrés que lors des périodes de récession économique. En conséquence, nous avons récemment relevé notre exposition sur ces segments. "

Christoph Schmidt (DWS): "Nous préférons être prudents alors que nous entrons dans la saison des résultats pour le deuxième trimestre." © pg

Différences

A l'image d'autres fonds flexibles agressifs, DWS Dynamic Opportunities est également exposé en partie sur le cours de l'or, et sa performance a donc été favorablement impactée par le redressement du métal jaune depuis le début de l'année. " Outre la performance favorable que nous avons enregistrée depuis le début de l'année, nous avons également enregistré des flux entrants très significatifs sur notre stratégie (plus de 500 millions d'euros) depuis le début 2019 ", avec des encours qui approchent désormais 1,3 milliard d'euros.

Christoph Schmidt est également cogestionnaire du célèbre fonds DWS Concept Kaldemorgen. " La stratégie d'investissement de ce produit qui pèse aujourd'hui près de 8 milliards d'euros se veut plus défensive avec des règles plus strictes au niveau de la gestion du risque, avec une exposition sur les marchés d'actions qui sera typiquement comprise entre 30 et 50% des actifs sous gestion, dit-il. Il y aura bien une certaine convergence entre les deux fonds sur le portefeuille d'actions. Dans l'ensemble, la convergence entre les deux portefeuilles est toutefois relativement limitée. "

Quantitatif

Si le fonds de DWS se base sur une sélection fondamentale pointue des titres en portefeuilles, le fonds Quadrat Arts Balanced (commercialisé par les solutions branche 23 de Baloise) adopte une stratégie d'investissement basé sur un modèle quantitatif développé depuis plus de 20 ans chez le gestionnaire autrichien ARTS Asset Management. Le modèle analyse les tendances des cours sur à peu près 10.000 fonds actifs et 1.800 produits passifs provenant de 80 pays.

L'exposition sur les marchés boursiers pourra osciller de 0 à 60% des actifs sous gestion, contre une exposition de 40 à 100% sur les marchés obligataires. La performance historique du fonds a dépassé 6% par an depuis le lancement de la stratégie (il ya plus de 15 ans) avec une volatilité qui est significativement inférieure à celle de l'indice MSCI World, avec pour conséquence une notation trois étoiles chez Morningstar à ce moment. Leo Willert, directeur de ARTS AM et gestionnaire du fonds, souligne que la philosophie est axée sur le trend following, la capacité à identifier les tendances de prix qui vont se maintenir pendant plusieurs mois. " Il n'y a pas d'intervention humaine dans le processus de gestion, ceci afin d'exclure les émotions du processus de prise de décision ", explique-t-il.

"Stop-loss"

" Nous cherchons à identifier le plus rapidement les tendances les plus stables sur les marchés, en visant surtout à éviter les performances extrêmement négatives en utilisant systématiquement des stop-loss sur toutes nos positions, précise-t-il. Notre modèle va identifier une tendance de prix le plus rapidement possible afin de s'exposer dessus, et en sortir lorsqu'elle atteint son potentiel ou lorsque d'autres opportunités plus intéressantes ont été identifiées sur le marché. "

" Nous pensons que cette stratégie peut constituer une alternative attractive pour les investisseurs particuliers qui cherchent à investir leur argent pour une période comprise entre minimum cinq et huit ans. La plupart des nos investisseurs sont des clients retail pour lesquels il est très difficile d'accepter une performance négative, en particulier à mesure que l'âge de leur pension se rapproche. Si une décision d'investissement commence à dégager une performance négative, notre modèle aura tendance à diminuer progressivement notre exposition, voire la réduire totalement ".

Des ETF dans la gestion des allocations

La rotation des actifs sera élevée dans cette stratégie, avec un turnover annuel qui pourra osciller entre 600 et 800% des actifs sous gestion. " Nos positions gagnantes auront tendance à rester six mois en portefeuille, tandis que les perdantes seront sorties beaucoup plus rapidement, entre deux et trois mois. " Dans ce contexte, le fonds géré par Leo Willert utilise de plus en plus d'ETF dans la gestion de ses allocations.

" Ces produits représentent aujourd'hui plus de 30% des actifs sous gestion et l'importance de ce segment va probablement continuer à augmenter dans le futur. Le nombre d'ETF est en croissance et permet aujourd'hui des expositions très spécifiques sur certains pays et/ou classes d'actifs. Il est en outre possible de sortir en cours de journée d'une position et les frais sont également plus attractifs. Pour les prises de positions tactiques, c'est un outil que nous utilisons de manière très extensive. ", conclut le gestionnaire.