Cette semaine, certains indicateurs économiques pertinents ont été publiés. Nous avons reçu des chiffres concernant la croissance économique de la Chine, par exemple. Nous supposions un ralentissement de la croissance par rapport aux trimestres précédents. L'économie chinoise s'est remise plus rapidement que le reste du monde de la crise sanitaire, mais a ralenti entre le premier et le deuxième trimestre. Cela pourrait être un signe de ce qui attend le reste des puissances économiques dans les mois à venir. Attention, un ralentissement n'est pas une contraction. L'économie continue de croître, mais plus lentement qu'auparavant.

Nous avons également reçu les chiffres de l'inflation européenne pour le mois de septembre. Nous sommes passés de 2 à 3 % au cours des derniers mois, ce qui est considérable en si peu de temps. La Banque centrale européenne n'est pas encore sur des charbons ardents, mais elle va déjà réduire son programme d'achat d'obligations dans les prochains mois.

D'autres banques centrales dans le monde sont également prises entre le resserrement et l'inflation. Si elles ne réduisent pas à temps leurs programmes d'achat et ne relèvent pas les taux d'intérêt, ou du moins ne signalent pas qu'elles envisagent de le faire, la poussée inflationniste risque de devenir trop forte. Mais si elles agissent trop rapidement, elles risquent d'étouffer la reprise économique.

Ce problème est plus aigu pour certaines banques centrales que pour d'autres. La Bank of England pourrait relever ses taux d'intérêt cette année en raison de la forte hausse de l'inflation au Royaume-Uni. Il y a quelques mois, on ne s'attendait pas à ce qu'elle le fasse avant la mi-2022. Aux États-Unis, la Fed laisse entendre depuis plusieurs semaines qu'elle pourrait réduire ses achats d'obligations. Cette incertitude persistante quant au resserrement de la politique monétaire mondiale a provoqué une grande volatilité sur les marchés financiers au trimestre dernier, et il n'en sera pas autrement au trimestre suivant.

Les principales puissances économiques, telles que la zone euro et les États-Unis, devaient également publier une série de chiffres sur la production -- les PMI. L'accent est mis sur l'état des chaînes d'approvisionnement mondiales et les pénuries de matières premières et de produits de base. Ces deux problèmes entravent l'activité économique depuis la fin du deuxième trimestre.

Coûts plus élevés inévitables

La croissance économique, l'inflation et les problèmes de pénurie et d'approvisionnement détermineront l'économie et les marchés financiers au cours du dernier trimestre. Dans les semaines à venir, nous analyserons avec intérêt ce que les sociétés boursières déclarent dans leurs annonces de résultats trimestriels. La saison des résultats bat son plein cette semaine.

Les marchés boursiers affichent toujours des valorisations élevées sans précédent. Les entreprises affichent des marges bénéficiaires record trimestre après trimestre. Mais dans le même temps, elles sont de plus en plus confrontées à l'explosion des prix de l'énergie, à des problèmes dans leurs chaînes d'approvisionnement et à des pénuries de main-d'oeuvre, autant de facteurs qui font grimper les coûts. Les entreprises disposant d'un grand nombre d'actifs physiques sont particulièrement susceptibles de souffrir de cette situation. Les marges bénéficiaires sont soumises à une pression croissante. Si cette tendance se poursuit, elle pourrait être la grande surprise de la saison des résultats actuelle.

Les valorisations et les marges bénéficiaires historiquement élevées rendent les actions sujettes à une correction. Dans le même temps, les investisseurs disposent encore de très peu d'alternatives pour obtenir des rendements.

Il est encore tôt, mais parmi les entreprises du S&P500 qui ont déjà publié leurs résultats, une grande majorité (71 %) affirme que les problèmes concernant la chaîne d'approvisionnement et la hausse des coûts pèsent sur leurs résultats.

Malgré ces vents contraires, les analystes s'attendent toujours à ce que les sociétés cotées en bourse augmentent leurs bénéfices et leurs ventes par rapport à la même période de l'année dernière, mais à un rythme plus lent que lors des trimestres précédents. L'ampleur du ralentissement de la croissance des bénéfices dépendra de la mesure dans laquelle les entreprises souffrent de pénuries et de problèmes logistiques, et de leur capacité à répercuter leurs coûts sur leurs clients.

Pricing power

Pour pouvoir tenir tête à cette situation en tant qu'investisseur, il faut miser sur les entreprises et les secteurs qui disposent d'un pricing power. En Europe, il s'agit des secteurs de la pharmacie, de l'aviation, de l'informatique et de l'électronique grand public qui ont le plus grand pricing power, selon cette étude. Les secteurs du textile, des télécommunications et de l'hôtellerie se trouvent en bas du classement.

Selon le super investisseur Warren Buffett, ce pricing power est le critère le plus important pour ses investissements. En témoignent ses positions dans Coca-Cola, Apple et See's Candies. "Si vous pouvez augmenter les prix sans perdre des ventes au profit d'un concurrent, votre entreprise est prometteuse. Si vous devez dire une prière à chaque fois que vous augmentez vos prix de 10 %, votre entreprise est mauvaise", déclare-t-il.

Trois éléments déterminent le pricing power des entreprises. Premièrement, la rareté des biens et services qu'ils produisent ou fournissent. Actuellement, en raison de la pénurie de gaz, les compagnies de gaz ont beaucoup d'influence sur les prix. Il s'agit d'un pricing power plutôt cyclique.

Deuxièmement, les entreprises en situation de monopole ou de quasi-monopole sont très fortes. Pensez à une entreprise pharmaceutique qui est la seule à posséder un remède unique et breveté pour une certaine maladie.

Enfin, la reconnaissance de la marque et la fidélité des clients sont des atouts importants qui permettent aux entreprises de maintenir leurs prix aussi élevés que possible. Il s'agit par exemple de marques de luxe convoitées, comme Burberry ou les marques du groupe de luxe LVMH, et de marques établies dans toutes sortes de secteurs, comme Nike, adidas, Apple ou Crocs.

Un critère simple pour estimer le pricing power d'une entreprise est sa marge brute (les ventes moins les coûts de production). Si cette marge augmente au fil des ans ou reste stable en période d'inflation, l'entreprise dispose d'un pricing power. En outre, plus les autres marges bénéficiaires sont stables, plus une entreprise est en mesure de fixer ses propres prix de vente et de les augmenter si nécessaire.

Cette semaine, certains indicateurs économiques pertinents ont été publiés. Nous avons reçu des chiffres concernant la croissance économique de la Chine, par exemple. Nous supposions un ralentissement de la croissance par rapport aux trimestres précédents. L'économie chinoise s'est remise plus rapidement que le reste du monde de la crise sanitaire, mais a ralenti entre le premier et le deuxième trimestre. Cela pourrait être un signe de ce qui attend le reste des puissances économiques dans les mois à venir. Attention, un ralentissement n'est pas une contraction. L'économie continue de croître, mais plus lentement qu'auparavant.Nous avons également reçu les chiffres de l'inflation européenne pour le mois de septembre. Nous sommes passés de 2 à 3 % au cours des derniers mois, ce qui est considérable en si peu de temps. La Banque centrale européenne n'est pas encore sur des charbons ardents, mais elle va déjà réduire son programme d'achat d'obligations dans les prochains mois.D'autres banques centrales dans le monde sont également prises entre le resserrement et l'inflation. Si elles ne réduisent pas à temps leurs programmes d'achat et ne relèvent pas les taux d'intérêt, ou du moins ne signalent pas qu'elles envisagent de le faire, la poussée inflationniste risque de devenir trop forte. Mais si elles agissent trop rapidement, elles risquent d'étouffer la reprise économique.Ce problème est plus aigu pour certaines banques centrales que pour d'autres. La Bank of England pourrait relever ses taux d'intérêt cette année en raison de la forte hausse de l'inflation au Royaume-Uni. Il y a quelques mois, on ne s'attendait pas à ce qu'elle le fasse avant la mi-2022. Aux États-Unis, la Fed laisse entendre depuis plusieurs semaines qu'elle pourrait réduire ses achats d'obligations. Cette incertitude persistante quant au resserrement de la politique monétaire mondiale a provoqué une grande volatilité sur les marchés financiers au trimestre dernier, et il n'en sera pas autrement au trimestre suivant.Les principales puissances économiques, telles que la zone euro et les États-Unis, devaient également publier une série de chiffres sur la production -- les PMI. L'accent est mis sur l'état des chaînes d'approvisionnement mondiales et les pénuries de matières premières et de produits de base. Ces deux problèmes entravent l'activité économique depuis la fin du deuxième trimestre.Coûts plus élevés inévitablesLa croissance économique, l'inflation et les problèmes de pénurie et d'approvisionnement détermineront l'économie et les marchés financiers au cours du dernier trimestre. Dans les semaines à venir, nous analyserons avec intérêt ce que les sociétés boursières déclarent dans leurs annonces de résultats trimestriels. La saison des résultats bat son plein cette semaine.Les marchés boursiers affichent toujours des valorisations élevées sans précédent. Les entreprises affichent des marges bénéficiaires record trimestre après trimestre. Mais dans le même temps, elles sont de plus en plus confrontées à l'explosion des prix de l'énergie, à des problèmes dans leurs chaînes d'approvisionnement et à des pénuries de main-d'oeuvre, autant de facteurs qui font grimper les coûts. Les entreprises disposant d'un grand nombre d'actifs physiques sont particulièrement susceptibles de souffrir de cette situation. Les marges bénéficiaires sont soumises à une pression croissante. Si cette tendance se poursuit, elle pourrait être la grande surprise de la saison des résultats actuelle.Les valorisations et les marges bénéficiaires historiquement élevées rendent les actions sujettes à une correction. Dans le même temps, les investisseurs disposent encore de très peu d'alternatives pour obtenir des rendements.Il est encore tôt, mais parmi les entreprises du S&P500 qui ont déjà publié leurs résultats, une grande majorité (71 %) affirme que les problèmes concernant la chaîne d'approvisionnement et la hausse des coûts pèsent sur leurs résultats.Malgré ces vents contraires, les analystes s'attendent toujours à ce que les sociétés cotées en bourse augmentent leurs bénéfices et leurs ventes par rapport à la même période de l'année dernière, mais à un rythme plus lent que lors des trimestres précédents. L'ampleur du ralentissement de la croissance des bénéfices dépendra de la mesure dans laquelle les entreprises souffrent de pénuries et de problèmes logistiques, et de leur capacité à répercuter leurs coûts sur leurs clients.Pricing powerPour pouvoir tenir tête à cette situation en tant qu'investisseur, il faut miser sur les entreprises et les secteurs qui disposent d'un pricing power. En Europe, il s'agit des secteurs de la pharmacie, de l'aviation, de l'informatique et de l'électronique grand public qui ont le plus grand pricing power, selon cette étude. Les secteurs du textile, des télécommunications et de l'hôtellerie se trouvent en bas du classement.Selon le super investisseur Warren Buffett, ce pricing power est le critère le plus important pour ses investissements. En témoignent ses positions dans Coca-Cola, Apple et See's Candies. "Si vous pouvez augmenter les prix sans perdre des ventes au profit d'un concurrent, votre entreprise est prometteuse. Si vous devez dire une prière à chaque fois que vous augmentez vos prix de 10 %, votre entreprise est mauvaise", déclare-t-il.Trois éléments déterminent le pricing power des entreprises. Premièrement, la rareté des biens et services qu'ils produisent ou fournissent. Actuellement, en raison de la pénurie de gaz, les compagnies de gaz ont beaucoup d'influence sur les prix. Il s'agit d'un pricing power plutôt cyclique.Deuxièmement, les entreprises en situation de monopole ou de quasi-monopole sont très fortes. Pensez à une entreprise pharmaceutique qui est la seule à posséder un remède unique et breveté pour une certaine maladie.Enfin, la reconnaissance de la marque et la fidélité des clients sont des atouts importants qui permettent aux entreprises de maintenir leurs prix aussi élevés que possible. Il s'agit par exemple de marques de luxe convoitées, comme Burberry ou les marques du groupe de luxe LVMH, et de marques établies dans toutes sortes de secteurs, comme Nike, adidas, Apple ou Crocs.Un critère simple pour estimer le pricing power d'une entreprise est sa marge brute (les ventes moins les coûts de production). Si cette marge augmente au fil des ans ou reste stable en période d'inflation, l'entreprise dispose d'un pricing power. En outre, plus les autres marges bénéficiaires sont stables, plus une entreprise est en mesure de fixer ses propres prix de vente et de les augmenter si nécessaire.