Concrètement, Apple a enregistré un chiffre d'affaires de 36 milliards de dollars au troisième trimestre, en croissance de 27% en glissement annuel. Les ventes d'iPad et d'iPod n'ont toutefois pas répondu aux attentes des analystes des analystes. Plus important, les coûts ont évolué plus rapidement que les revenus, les frais opérationnels ayant progressé de 29% et les dépenses en R&D de 40%. Apple doit il est vrai faire face à une concurrence de plus en plus rude, surtout dans le segment des tablettes, ce qui l'a contraint à étoffer sa gamme avec un iPad mini présenté en début de semaine.

Le bénéfice net par action s'est ainsi élevé à 8,67 dollars contre 8,75 dollars prévu en moyenne par les analystes. Pour le trimestre en cours, Apple a indiqué s'attendre à un chiffre d'affaires de 52 milliards de dollars et à un bénéfice par action de 11,75 dollars contre un consensus de respectivement 55 milliards de dollars et 15,49 dollars. La déception se situe donc tant au niveau de la croissance des ventes que de l'évolution de la rentabilité avec une marge brute prévue de 36% pour la fin d'année (40% au 3e trimestre), au plus bas depuis plus de 4 ans.

Faute de nouveau produit innovant (comme l'iPod puis l'iPhone et l'iPad), Apple voit ses marges et ses parts de marché reculer en raison du renforcement de la concurrence. Il semble toutefois qu'il n'y ait pas de nouveau gadget en vue, ce qui risque de continuer à peser sur la croissance du groupe à la pomme. C'est certainement à ce niveau que Steve Jobs manque le plus au groupe.

Cédric Boitte

www.accioz.be

Concrètement, Apple a enregistré un chiffre d'affaires de 36 milliards de dollars au troisième trimestre, en croissance de 27% en glissement annuel. Les ventes d'iPad et d'iPod n'ont toutefois pas répondu aux attentes des analystes des analystes. Plus important, les coûts ont évolué plus rapidement que les revenus, les frais opérationnels ayant progressé de 29% et les dépenses en R&D de 40%. Apple doit il est vrai faire face à une concurrence de plus en plus rude, surtout dans le segment des tablettes, ce qui l'a contraint à étoffer sa gamme avec un iPad mini présenté en début de semaine.Le bénéfice net par action s'est ainsi élevé à 8,67 dollars contre 8,75 dollars prévu en moyenne par les analystes. Pour le trimestre en cours, Apple a indiqué s'attendre à un chiffre d'affaires de 52 milliards de dollars et à un bénéfice par action de 11,75 dollars contre un consensus de respectivement 55 milliards de dollars et 15,49 dollars. La déception se situe donc tant au niveau de la croissance des ventes que de l'évolution de la rentabilité avec une marge brute prévue de 36% pour la fin d'année (40% au 3e trimestre), au plus bas depuis plus de 4 ans.Faute de nouveau produit innovant (comme l'iPod puis l'iPhone et l'iPad), Apple voit ses marges et ses parts de marché reculer en raison du renforcement de la concurrence. Il semble toutefois qu'il n'y ait pas de nouveau gadget en vue, ce qui risque de continuer à peser sur la croissance du groupe à la pomme. C'est certainement à ce niveau que Steve Jobs manque le plus au groupe.Cédric Boittewww.accioz.be