Dans les échanges matinaux, le baril de "light sweet crude" pour livraison en octobre a pris 40 cents à 71,71 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre gagnait 22 cents à 70,05 dollars. Les représentants de l'Opep ont décidé de maintenir leur niveau de production de pétrole tout en affichant un optimisme très mesuré sur la fin de la crise mondiale, à l'issue d'une réunion ministérielle dans la nuit de mercredi à jeudi à Vienne. "Etant donné que le marché est toujours suralimenté et qu'il existe un risque de rechute compte tenu de l'extrême fragilité de la reprise, la conférence a une nouvelle fois décidé de maintenir ses niveaux actuels de production", indique l'Opep dans son communiqué final.

Sans surprise, l'Opep conserve son objectif global de production de 24,84 millions de barils par jour (mbj) qu'elle s'était fixé à la fin 2008 pour enrayer la chute vertigineuse du prix du baril, tombé jusqu'à 32 dollars et remonté aujourd'hui autour de 70 dollars. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) n'a donc pas souhaité prendre le risque de restreindre sa production et de faire flamber les prix. "Nous marchons sur une ligne étroite. Nous ne voulons pas prendre de décisions qui compromettront la reprise", a déclaré le secrétaire général de l'Organisation, le Libyen Abdallah el-Badri, lors d'une conférence de presse. "A partir de 80 dollars (le baril), les prix nuisent à l'économie", selon le ministre qatari, Abdallah al-Attiyah.