Les Bourses européennes étaient en très légère hausse mardi à la mi-séance, poursuivant sans grande conviction leur rebond des deux derniers jours à la suite d'un sommet européen jugé rassurant, et dans l'espoir que les nouveaux signes de ralentissement de la croissance mondiale poussent les banques centrales à intervenir activement.

La vulnérabilité de l'économie mondiale devient une évidence alors les indices PMI manufacturiers en Europe et l'indice ISM aux Etats-Unis se sont contractés en juin pour la première fois en trois ans

Europe

Aux actions, Barclays était en douce progression après l'annonce que son directeur général Bob Diamond a démissionné à la suite du scandale lié à la manipulation du Libor

A Paris, Air France -KLM et Peugeot étaient en nette hausse à la mi-séance. Le premier profitait de rumeurs de rapprochement avec la compagnie aérienne Etihad. Le second a convoqué une réunion extraordinaire afin de mettre en perspective l'avenir du groupe. Il est question de supprimer 8.000 à 10.000 emplois.

Bruxelles

A Bruxelles, les valeurs cycliques étaient plébiscitées alors que le marché table sur des mesures de soutien de la part de la BCE. Solvay et Umicore étaient en tête des valeurs en hausse dans le Bel 20.

En lanterne rouge du Bel 20, Nyrstar fait les frais de l'avertissement sur résultats de son partenaire finlandais Talvivaara.

Karine Huet