Au nom de 2.400 actionnaires de Fortis, les avocats Mischaël Modrikamen et Olivier Bonhivers, ainsi que deux intervenants volontaires, réclament l'annulation de la cession des activités néerlandaises de Fortis aux Pays-Bas et de l'accord avec BNP Paribas. Pour la clarté, l'assemblée générale de Fortis a, le 11 février dernier, invalidé ces deux opérations mais celles-ci ont fait l'objet d'actes juridiques que seule une décision judiciaire peut annuler. C'est cette décision judiciaire que les demandeurs réclament. Mes Modrikamen et Bonhivers réclament également 135 millions d'euros à l'Etat hollandais et à BNP Paribas, en guise de dommages et intérêts. Les demandeurs souhaitaient que le tribunal fixe ce jeudi un calendrier pour les audiences mais les avocats de l'Etat hollandais, de l'Etat belge, du holding Fortis, de Fortis Banque, de Fortis Insurance, de Fortis Utrecht et de BNP Paribas s'y sont opposés. En leur nom, le vice-bâtonnier de Bruxelles, Me Jean-Pierre Buyle, a déploré que Mes Modrikamen et Bonhivers n'aient pas encore communiqué leur dossier. "Nos adversaires sont les demandeurs. Ils doivent fournir leurs pièces. On doit savoir ce qu'on fait ici, ce sur quoi on doit se défendre", a expliqué Me Jean-Pierre Buyle. Me Modrikamen a expliqué que les pièces seraient communiquées ce jour mais le juge a remis l'audience au 12 mars prochain pour rediscuter du calendrier.

Au nom de 2.400 actionnaires de Fortis, les avocats Mischaël Modrikamen et Olivier Bonhivers, ainsi que deux intervenants volontaires, réclament l'annulation de la cession des activités néerlandaises de Fortis aux Pays-Bas et de l'accord avec BNP Paribas. Pour la clarté, l'assemblée générale de Fortis a, le 11 février dernier, invalidé ces deux opérations mais celles-ci ont fait l'objet d'actes juridiques que seule une décision judiciaire peut annuler. C'est cette décision judiciaire que les demandeurs réclament. Mes Modrikamen et Bonhivers réclament également 135 millions d'euros à l'Etat hollandais et à BNP Paribas, en guise de dommages et intérêts. Les demandeurs souhaitaient que le tribunal fixe ce jeudi un calendrier pour les audiences mais les avocats de l'Etat hollandais, de l'Etat belge, du holding Fortis, de Fortis Banque, de Fortis Insurance, de Fortis Utrecht et de BNP Paribas s'y sont opposés. En leur nom, le vice-bâtonnier de Bruxelles, Me Jean-Pierre Buyle, a déploré que Mes Modrikamen et Bonhivers n'aient pas encore communiqué leur dossier. "Nos adversaires sont les demandeurs. Ils doivent fournir leurs pièces. On doit savoir ce qu'on fait ici, ce sur quoi on doit se défendre", a expliqué Me Jean-Pierre Buyle. Me Modrikamen a expliqué que les pièces seraient communiquées ce jour mais le juge a remis l'audience au 12 mars prochain pour rediscuter du calendrier.