Bekaert a enregistré un chiffre d'affaires consolidé de 864 millions d'euros au troisième trimestre, en hausse de 6% grâce à la croissance de 118% enregistrée en Amérique latine (CA consolidé de 212 millions) à la suite de la consolidation des entités faisant partie du partenariat chilien détenu majoritairement par Bekaert. Les ventes globales (reflétant plus fidèlement l'activité du groupe) ont par contre reculé de 3% à 1,1 milliard, la croissance de 5% en Amérique latine étant annihilée par le repli du chiffre d'affaires en Asie-Pacifique (-4%), en Amérique du Nord (-3%) et surtout en Europe - Moyen-Orient - Afrique (-13%).

Sur 9 mois, le chiffre d'affaires consolidé de Bekaert progresse de 2%, l'impact des fusions et acquisitions (+8,0%) et des taux de change (5,4%) compensant une baisse organique des ventes de 11,4% à la suite de l'effondrement du marché solaire (fil à scier pour cellules photovoltaïques), de la baisse du prix de l'acier (répercutée sur les prix de vente) et des pressions sur les prix engendrée par la concurrence intense dans un contexte économique difficile.

Rayon perspectives, Bekaert a indiqué que le climat économique mondial ainsi que la forte concurrence lui imposaient des perspectives prudentes pour les mois à venir. Le groupe a également prévenu qu'il devrait acter pour 100 millions de provisions pour créances douteuses et de charges non-récurrentes au second semestre.

Le tréfileur pourrait ainsi subir une seconde perte nette (semestrielle) consécutive, de mauvais augure alors que les perspectives demeurent difficiles pour 2013, les États-Unis devant rejoindre l'Europe dans sa cure d'austérité.

Cédric Boitte

www.accioz.be

Bekaert a enregistré un chiffre d'affaires consolidé de 864 millions d'euros au troisième trimestre, en hausse de 6% grâce à la croissance de 118% enregistrée en Amérique latine (CA consolidé de 212 millions) à la suite de la consolidation des entités faisant partie du partenariat chilien détenu majoritairement par Bekaert. Les ventes globales (reflétant plus fidèlement l'activité du groupe) ont par contre reculé de 3% à 1,1 milliard, la croissance de 5% en Amérique latine étant annihilée par le repli du chiffre d'affaires en Asie-Pacifique (-4%), en Amérique du Nord (-3%) et surtout en Europe - Moyen-Orient - Afrique (-13%).Sur 9 mois, le chiffre d'affaires consolidé de Bekaert progresse de 2%, l'impact des fusions et acquisitions (+8,0%) et des taux de change (5,4%) compensant une baisse organique des ventes de 11,4% à la suite de l'effondrement du marché solaire (fil à scier pour cellules photovoltaïques), de la baisse du prix de l'acier (répercutée sur les prix de vente) et des pressions sur les prix engendrée par la concurrence intense dans un contexte économique difficile.Rayon perspectives, Bekaert a indiqué que le climat économique mondial ainsi que la forte concurrence lui imposaient des perspectives prudentes pour les mois à venir. Le groupe a également prévenu qu'il devrait acter pour 100 millions de provisions pour créances douteuses et de charges non-récurrentes au second semestre.Le tréfileur pourrait ainsi subir une seconde perte nette (semestrielle) consécutive, de mauvais augure alors que les perspectives demeurent difficiles pour 2013, les États-Unis devant rejoindre l'Europe dans sa cure d'austérité.Cédric Boittewww.accioz.be