Les résultats ont notamment été influencés par "la forte concurrence" sur le marché néerlandais de l'épargne. Malgré cela, les intérêts totaux ont augmenté l'an dernier à 11,9 milliards d'euros, contre 11,7 milliards d'euros en 2008. La dette de l'entreprise a diminué de 4% à 7,3 milliards d'euros grâce à des économies.

"La crise des crédits et la récession qui a suivi ont eu de grosses conséquences pour le secteur financier. 2009 a été une année difficile et Rabobank aussi en a subi les conséquences", indique la banque.

Malgré la crise, Rabobank a vu son portefeuille de crédits augmenter de 2% à 416 milliards d'euros.

La banque prévoit que la croissance des crédits reste faible en 2010.