En début de semaine, les marchés étaient nerveux ne sachant pas quel Président allait être élu démocratiquement aux Etats-Unis. Une fois le nom de Barack Obama sorti des urnes, les marchés ont redoublé de nervosité ne sachant pas quelles mesures ce Président déjà en place depuis 4 ans va bien pouvoir va bien pouvoir sortir de son chapeau pour prévenir le fiscal cliff.

La falaise fiscale est désormais à l'esprit des investisseurs. Comment le nouveau Président va pouvoir éviter que toute une série de mesures fiscales tombent à l'eau le 1er janvier prochain alors que les républicains ont gardé la mainmise sur la chambre des représentants. Tant que des signes concrets d'un compromis ne seront pas visibles, la nervosité risque d'être la norme sur les marchés financiers.

Au stress du fiscal cliff s'ajoute la crise européenne qui n'en finit pas.

Heureusement les derniers chiffres provenant de Chine attestent d'une amélioration sur le front économique. Ces bons chiffres n'ont toutefois pas suffi à faire pencher la balance du côté positif cette semaine.

Europe : BMW - Volkswagen

Aux actions, nous avons eu cette semaine une nouvelle volée de résultats très inégaux.

BMW a pu présenter un bénéfice trimestriel en hausse de 14%. Mais ce bon chiffre est principalement dû à la nette progression de sa division financière alors que ses bénéfices issus de la vente d'automobiles sont en recul. Le groupe de voitures haut de gamme a en outre admis ressentir quelques difficultés liées à la crise économique actuelle.

Toujours dans le secteur automobile, Volkswagen a indiqué que les ventes mondiales de sa marque Audi ont augmenté de 13,9% en octobre à 123.600 unités. C'est donc davantage que les ventes des 10 premiers mois de l'année, en hausse de 12,9% à 1.221.150 unités. En Chine, le nombre de voitures déjà vendues en 2012 dépasse celles vendues durant toute l'année 2011. Ces bons chiffres n'ont pas été salués, le groupe perdant plus de 5% sur la semaine suite à une défiance généralisée des valeurs cycliques.

Europe : Crédit Agricole - Commerzbank

Le secteur bancaire européen a dévoilé des chiffres peu glamour.

Crédit Agricole a particulièrement déçu avec une perte de 2,85 milliards d'euros en trois mois, dont 1,96 milliard uniquement pour quitter le Grèce. Sa filiale Emporiki, en déficit chronique, lui a même couté plus de 5 milliards (prix de la reprise et recapitalisations) depuis son rachat en 2006.

Même déception outre Rhin où Commerzbank a dévoilé jeudi un résultat opérationnel de 216 millions d'euros pour son troisième trimestre, contre une perte d'exploitation de 855 millions d'euros un an plus tôt, une période qui avait été marquée par la crise de la dette souveraine grecque. Si ces chiffres ne sont pas mauvais en soi, la déception était toutefois de mise car le groupe a indiqué qu'il ne fallait pas compter sur un dividende en 2012, ni en 2013.

Bruxelles : KBC-D'Ieteren

A Bruxelles, les résultats de KBC en font une des rares actions rescapées du mouvement baissier cette semaine.

KBC a bouclé le troisième trimestre sur un bénéfice net de 531 millions d'euros supérieur au consensus des analystes de 470 millions. Par ailleurs, le groupe a confirmé qu'il allait rembourser 4,67 milliards (hors pénalités) d'aides publiques avant la fin 2013, dont une partie dans les prochaines semaines, sans en dévoiler les modalités.

D'ieteren a eu moins de succès cette semaine. Le groupe automobile a vu le repli de ses résultats s'accentuer au troisième trimestre en raison notamment de la forte contraction des ventes de voitures neuves en Belgique cet été et de baisses de prix.

Bruxelles : Galapagos - TiGenix

Hors indice, les biotechnologiques ont à nouveau fait parler d'elles.

TiGenix a annoncé que ses ventes de ChondroCelect pour le troisième trimestre 2012 ont atteint 1,1 million d'euros, contre 0,4 million d'euros au cours de la même période de l'année passée. Le produit phare du groupe semble enfin décoller aux Pays-Bas et en Belgique.

Galapagos bénéficie pour sa part d'une bonne nouvelle concernant le traitement GLPG0634 destiné aux patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, qui a réussi l'étude de phase 2A. La phase suivante sera lancée l'an prochain.

Etats-Unis

La nomination du Président Obama n'a pas suscité des scènes de joie sur les marchés. Le pessimisme était même de mise alors que le fiscal cliff se rapproche à grands pas.

Les chiffres du chômage meilleurs qu'escompté et le moral des ménages au beau fixe n'ont pas réussi à donner des ailes aux indices boursiers américains.

En début de semaine, les marchés étaient nerveux ne sachant pas quel Président allait être élu démocratiquement aux Etats-Unis. Une fois le nom de Barack Obama sorti des urnes, les marchés ont redoublé de nervosité ne sachant pas quelles mesures ce Président déjà en place depuis 4 ans va bien pouvoir va bien pouvoir sortir de son chapeau pour prévenir le fiscal cliff.La falaise fiscale est désormais à l'esprit des investisseurs. Comment le nouveau Président va pouvoir éviter que toute une série de mesures fiscales tombent à l'eau le 1er janvier prochain alors que les républicains ont gardé la mainmise sur la chambre des représentants. Tant que des signes concrets d'un compromis ne seront pas visibles, la nervosité risque d'être la norme sur les marchés financiers.Au stress du fiscal cliff s'ajoute la crise européenne qui n'en finit pas.Heureusement les derniers chiffres provenant de Chine attestent d'une amélioration sur le front économique. Ces bons chiffres n'ont toutefois pas suffi à faire pencher la balance du côté positif cette semaine. Europe : BMW - VolkswagenAux actions, nous avons eu cette semaine une nouvelle volée de résultats très inégaux.BMW a pu présenter un bénéfice trimestriel en hausse de 14%. Mais ce bon chiffre est principalement dû à la nette progression de sa division financière alors que ses bénéfices issus de la vente d'automobiles sont en recul. Le groupe de voitures haut de gamme a en outre admis ressentir quelques difficultés liées à la crise économique actuelle.Toujours dans le secteur automobile, Volkswagen a indiqué que les ventes mondiales de sa marque Audi ont augmenté de 13,9% en octobre à 123.600 unités. C'est donc davantage que les ventes des 10 premiers mois de l'année, en hausse de 12,9% à 1.221.150 unités. En Chine, le nombre de voitures déjà vendues en 2012 dépasse celles vendues durant toute l'année 2011. Ces bons chiffres n'ont pas été salués, le groupe perdant plus de 5% sur la semaine suite à une défiance généralisée des valeurs cycliques. Europe : Crédit Agricole - CommerzbankLe secteur bancaire européen a dévoilé des chiffres peu glamour.Crédit Agricole a particulièrement déçu avec une perte de 2,85 milliards d'euros en trois mois, dont 1,96 milliard uniquement pour quitter le Grèce. Sa filiale Emporiki, en déficit chronique, lui a même couté plus de 5 milliards (prix de la reprise et recapitalisations) depuis son rachat en 2006.Même déception outre Rhin où Commerzbank a dévoilé jeudi un résultat opérationnel de 216 millions d'euros pour son troisième trimestre, contre une perte d'exploitation de 855 millions d'euros un an plus tôt, une période qui avait été marquée par la crise de la dette souveraine grecque. Si ces chiffres ne sont pas mauvais en soi, la déception était toutefois de mise car le groupe a indiqué qu'il ne fallait pas compter sur un dividende en 2012, ni en 2013.Bruxelles : KBC-D'IeterenA Bruxelles, les résultats de KBC en font une des rares actions rescapées du mouvement baissier cette semaine.KBC a bouclé le troisième trimestre sur un bénéfice net de 531 millions d'euros supérieur au consensus des analystes de 470 millions. Par ailleurs, le groupe a confirmé qu'il allait rembourser 4,67 milliards (hors pénalités) d'aides publiques avant la fin 2013, dont une partie dans les prochaines semaines, sans en dévoiler les modalités. D'ieteren a eu moins de succès cette semaine. Le groupe automobile a vu le repli de ses résultats s'accentuer au troisième trimestre en raison notamment de la forte contraction des ventes de voitures neuves en Belgique cet été et de baisses de prix.Bruxelles : Galapagos - TiGenixHors indice, les biotechnologiques ont à nouveau fait parler d'elles. TiGenix a annoncé que ses ventes de ChondroCelect pour le troisième trimestre 2012 ont atteint 1,1 million d'euros, contre 0,4 million d'euros au cours de la même période de l'année passée. Le produit phare du groupe semble enfin décoller aux Pays-Bas et en Belgique.Galapagos bénéficie pour sa part d'une bonne nouvelle concernant le traitement GLPG0634 destiné aux patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, qui a réussi l'étude de phase 2A. La phase suivante sera lancée l'an prochain.Etats-UnisLa nomination du Président Obama n'a pas suscité des scènes de joie sur les marchés. Le pessimisme était même de mise alors que le fiscal cliff se rapproche à grands pas.Les chiffres du chômage meilleurs qu'escompté et le moral des ménages au beau fixe n'ont pas réussi à donner des ailes aux indices boursiers américains.