"Nous construisons officiellement un système ouvert pour miner du bitcoin", a annoncé jeudi Jack Dorsey sur Twitter, le réseau social qu'il a aussi fondé mais qu'il va quitter d'ici le mois de mai. Le bitcoin, la première cryptomonnaie décentralisée, a vu son prix dopé par l'appétit de la finance traditionnelle pour ce nouveau type d'investissement. Il a connu l'année dernière des envolées à plus de 60.000 dollars et des plongeons à moins de 20.000 dollars.

Jack Dorsey fait partie des passionnés des cryptomonnaies et de la technologie de "blockchain", briques essentielles d'un avenir de l'internet qu'ils imaginent plus décentralisé, moins contrôlé par une poignée de géants des technologies. "Nous voulons rendre le processus de création mieux réparti et plus efficace, de l'achat, à l'installation et à la maintenance en passant par la création (de cryptomonnaie)", a expliqué Thomas Templeton, le directeur des équipements de Block, dans une série de tweets. "Cela nous intéresse parce que miner va bien au-delà de la création de nouveaux bitcoins. Nous voyons ça comme un besoin sur le long-terme pour bâtir un futur qui soit complètement décentralisé", a-t-il continué.

Historiquement, n'importe qui pouvait "miner", c'est-à-dire utiliser la puissance d'un ordinateur pour valider les transactions sur une "blockchain", un registre décentralisé, et prouver sa participation en cherchant le résultat d'une équation ultra-complexe. Mais avec la flambée des cours, le nombre de "mineurs" s'est accru, l'industrie s'est professionnalisée et la probabilité d'être récompensé en bitcoin s'est réduite. Pour espérer rentabiliser son activité, il faut désormais du matériel de pointe et un accès à une source d'électricité à bas coût.

Thomas Templeton a précisé que son équipe cherchait à résoudre le manque de disponibilité et de fiabilité des équipements actuels. Et qu'elle cherchait à recruter des ingénieurs spécialisés.

Block, qui s'appelait Square jusqu'en décembre, est un spécialiste des solutions de paiement pour les vendeurs en ligne. L'entreprise gère aussi d'autres activités comme l'application de transfert d'argent Cash App ou la plateforme de musique en streaming Tidal. Elle travaille aussi sur une plateforme permettant aux développeurs de créer des projets de finance décentralisée (DeFi) autour du bitcoin, actuellement surnommée TBD5456697.

"Plus le réseau du bitcoin sera décentralisé, plus il deviendra résistant", avait tweeté Jack Dorsey en octobre dernier. "Miner du bitcoin devrait être aussi facile que de brancher un appareil".

"Nous construisons officiellement un système ouvert pour miner du bitcoin", a annoncé jeudi Jack Dorsey sur Twitter, le réseau social qu'il a aussi fondé mais qu'il va quitter d'ici le mois de mai. Le bitcoin, la première cryptomonnaie décentralisée, a vu son prix dopé par l'appétit de la finance traditionnelle pour ce nouveau type d'investissement. Il a connu l'année dernière des envolées à plus de 60.000 dollars et des plongeons à moins de 20.000 dollars.Jack Dorsey fait partie des passionnés des cryptomonnaies et de la technologie de "blockchain", briques essentielles d'un avenir de l'internet qu'ils imaginent plus décentralisé, moins contrôlé par une poignée de géants des technologies. "Nous voulons rendre le processus de création mieux réparti et plus efficace, de l'achat, à l'installation et à la maintenance en passant par la création (de cryptomonnaie)", a expliqué Thomas Templeton, le directeur des équipements de Block, dans une série de tweets. "Cela nous intéresse parce que miner va bien au-delà de la création de nouveaux bitcoins. Nous voyons ça comme un besoin sur le long-terme pour bâtir un futur qui soit complètement décentralisé", a-t-il continué.Historiquement, n'importe qui pouvait "miner", c'est-à-dire utiliser la puissance d'un ordinateur pour valider les transactions sur une "blockchain", un registre décentralisé, et prouver sa participation en cherchant le résultat d'une équation ultra-complexe. Mais avec la flambée des cours, le nombre de "mineurs" s'est accru, l'industrie s'est professionnalisée et la probabilité d'être récompensé en bitcoin s'est réduite. Pour espérer rentabiliser son activité, il faut désormais du matériel de pointe et un accès à une source d'électricité à bas coût.Thomas Templeton a précisé que son équipe cherchait à résoudre le manque de disponibilité et de fiabilité des équipements actuels. Et qu'elle cherchait à recruter des ingénieurs spécialisés.Block, qui s'appelait Square jusqu'en décembre, est un spécialiste des solutions de paiement pour les vendeurs en ligne. L'entreprise gère aussi d'autres activités comme l'application de transfert d'argent Cash App ou la plateforme de musique en streaming Tidal. Elle travaille aussi sur une plateforme permettant aux développeurs de créer des projets de finance décentralisée (DeFi) autour du bitcoin, actuellement surnommée TBD5456697."Plus le réseau du bitcoin sera décentralisé, plus il deviendra résistant", avait tweeté Jack Dorsey en octobre dernier. "Miner du bitcoin devrait être aussi facile que de brancher un appareil".